top of page

Rire de soi


Ô mon rire, que je t’aime ! toi qui roule en cascades

Abolit les frontières, franchit les barricades

Lorsque tu me surprends, t’esclaffes du personnage

Qui se croyait sérieux, pris dans ses marécages

Mourir de rire, ah oui ! que meure l’illusion

Démasquée par le flux de l’autodérision

En toi nulle ironie, ni cynisme ou noirceur

De la pulsion de vie tu émerges au meilleur

L’humour, ce rire de soi, tout comme l’humilité

Se rattache à l’humus, à la fertilité

Mon fou rire est un feu, le plus puissant qui soit

Pour transmuter l’ego, et me remettre droit

Je ris de mes erreurs, je ris de mes pulsions,

De tout ce qui prétend capter mon attention

Je ris de mes travers, je ris des inconforts

Ainsi je lâche prise d’avoir raison ou tort

Ô mon meilleur allié, grâce à toi je traverse

Vaillamment les épreuves, les orages et l’averse

Avec toi plus de drames, tu réduis à néant

Les histoires à tiroirs, mais quel soulagement !

Dans ton travail de sape, tu pulvérises la honte

Tu fais passer des caps, tu mets à jour les comptes

Et si je décompense, je peux compter sur toi

Pour en toute insouciance, me ramener jusque là

Revenir en enfance, me défaire du sérieux

Retrouver l’innocence, et lâcher les enjeux

Tu délivres en mon corps un cocktail hormonal

Qui rétablit soudain l’équilibre optimal

Pour faire passer l’Amour et dissoudre les nœuds

Me réjouir du velours de la Joie qui m’émeut

Mots-clés :

67 vues

Comments


Catégories
Posts Récents
Archives
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
bottom of page