top of page

Les défis intérieurs


Bonjour chers amis, je vous partage aujourd’hui ma vision des défis qu’il nous est proposé de relever dans ce moment si particulier de l’initiation 2020.

J’identifie actuellement deux grands défis, qu’on peut voir comme le passage de deux portes en nous :

– la porte du détachement des formes, avec comme gardien du seuil l’ego ;

– la porte du renoncement à la croyance de séparation, avec comme gardien du seuil le diable/prédateur.

Passer ces deux portes nous permet de connecter l’être humain divin et d’assumer notre puissance créatrice de la réalité expérimentée, notre « pouvoir-de ».

*****************************

L’expérience que vous vivons à la fois individuellement et collectivement nous invite à clarifier et évoluer en nous, à la fois en conscience et dans notre corps physique.

La vie sociale ordinaire est en PAUSE, en ARRÊT à l’échelle de presque toute l’humanité.

Cette pause nous offre l’opportunité du bilan intérieur, du regard vers soi et vers ce que nous avons accompli jusqu’alors. Elle nous contraint pour la plupart à changer de rythme et d’habitudes. Ce changement est un défi pour l’ego qui déteste l’inconnu, l’imprévu, l’incertain. L’ego gardien de la survie a pour fonction que tout se passe toujours pareil. Il nous loge et nous confine dans des croyances fermées, des habitudes, des cadres et des conditionnements dans lesquels nous pouvons survivre dans un confort relatif qu’il nous présente comme sécurisé.

La pause interrompt ces boucles, et nous permet d’observer, de prendre conscience, de discerner, trier, décider ce qui nous convient encore et/ou ne nous convient plus.

Pour empêcher ce processus introspectif, l’ego va engager des mécanismes de peur : en résonance avec la propagande étatique/médiatique, il va essayer de nous brancher sur la peur de la mort, de la maladie, de la misère, de la solitude, de l’inconnu, afin que nous ne fassions pas notre travail intérieur.

Si nous restons centrés et engagés dans le processus du bilan permis par la pause, nous arrivons à un moment où nous comprenons que nous vivons une transition : le passage d’un ancien équilibre vers un nouvel équilibre. J’en ai déjà parlé beaucoup, le passage du 8∞ au 9. Quand un cycle est accompli, même s’il est imparfait, il se termine et un nouveau cycle commence, sur une nouvelle spire différente de l’ancienne. On sort du cercle vicieux et on avance sur la spirale évolutive. Cette transition advient par une crise ou par un accompagnement selon la décision consciente.

C’est le processus dont je parle avec ces 4 phrases :

– j’accueille tout ce qui se présente dans ma vie ;

– j’accepte tout ce qui se présente dans ma vie ;

– j’accompagne tout ce qui se présente dans ma vie ;

– j’accorde tout ce qui se présente dans ma vie.

Quand on débouche sur le constat d’une FIN, d’un ACHÈVEMENT, d’un avant/après, nous avons la possibilité de subir les circonstances, de se laisser ballotter par les influences et les décisions extérieures, ou bien d’affirmer notre souveraineté et d’assumer notre liberté de choisir ce que nous allons vivre maintenant.

Pour que ce soit possible, il nous est demandé d’abord de nous détacher des formes anciennes, d’accepter que des relations, des environnements, des manières de vivre ou de comprendre le monde ne fonctionnent plus et ne peuvent plus perdurer. Nous avons à faire le deuil de l’ancien, et pour vivre cela du mieux possible, nous nous aiderons nous-mêmes en nous positionnant à l’intérieur, dans le Cœur où la Présence, le calme, la paix règnent et demeurent quelles que soient les circonstances extérieures. Je vous en ai parlé longuement avec la fréquence de l’ÉQUANIMITÉ. Depuis la neutralité, la compassion, le lâcher-prise de ce que nous ne pouvons maîtriser.

Ce passage est une épreuve émotionnelle forte, visant à réactualiser, hausser le niveau vibratoire de notre corps émotionnel et le reconfigurer différemment, afin qu’il génère moins d’interférences et ne puisse plus se faire siphonner par le plan astral.

Après l’acceptation d’entrer dans le nouvel équilibre viendra la confrontation à l’inconnu et la liberté. Oser vivre, avancer un pas après l’autre en expérimentant que la vie coule à travers nous en un flux permanent lorsque nous sommes pleinement connectés et que les expériences résonnent avec notre alignement.

Pour cette traversée, nous serons soutenus par la Conscience, qui éclaire en dedans et discerne au-dehors, boussole interne de la justesse du Cœur, qui nous maintient dans la foi dans les lois harmoniques et la confiance en la pulsion de vie.

******************

La deuxième porte à franchir est le renoncement à la croyance en la séparation.

L’expérience matérielle captée par des perceptions sensorielles limitées et des cerveaux jusqu’alors bridés nous a coupés de la connexion consciente directe et infinie au champ unitaire, au champ scalaire qui est pourtant notre bain vital.

Cette séparation mentale a été accentuée par un filtre qui s’est épaissi au fil des temps comme une grosse chape de plomb entre l’expérience humaine terrestre et le reste de l’expérience universelle : le plan astral, demeure de l’illusion et des formes-pensées polarisées, qui nous a enfermés dans un dualisme, un balancier prison magnétique.

Cela s’est produit du fait même des conditions de l’expérience terrestre avec la force gravitationnelle et la densification matérielle des formes dans des structures carbonées rigides (même si elles ont la grande souplesse de pouvoir s’adapter et se transformer très rapidement), puis par le bridage des cerveaux humains sur les ondes sinusoïdales polarisées, séparant la pensée de la réalité spiralée du vivant.

Pour franchir la porte, nous devons nous reconnaître et nous engager comme antennes scalaires, comme émetteurs-récepteurs de l’énergie de la spirale dans nos ADN et dans nos cerveaux. Éveillons nos spirales, créons-les, dansons-les, chantons-les, dessinons-les, déployons-les dans les champs énergétiques.

Quand nous sommes connectés en scalaire, nous avons accès à toute l’information qui nous correspond, à toute l’énergie dont nous avons besoin et nous pouvons relayer la volonté de l’être divin qui nous anime de toute éternité depuis notre interface humaine.

C’est cela, l’évolution qui nous est proposée maintenant. Et elle est pulsée dans le système solaire actuellement, car nous traversons l’anneau de photons scalaires d’Alcyone, qui vient activer et dynamiser toutes les spirales, hausser les niveaux vibratoires et dissoudre les filtres qui emprisonnaient les consciences.

Mais ici aussi, en chacun de nous, se dresse un gardien du seuil, et cette fois, c’est le diable en personne, le « diabol » symbole de la séparation, celui qui divise, tente et trompe. Représentant de la pulsion de mort, de destruction, du néant, du crime et de la folie psychopathe. Maître de l’illusion, il appuiera sur nos peurs de proie, peurs d’être impuissants face aux forces qui semblent diriger le monde dans des directions inhumaines et anti-vie, par exemple.

Le diable se fait si effrayant et abject que nous ne voulons/pouvons pas le reconnaître en nous et le projetons à l’extérieur, ce qui amplifie la séparation. Le défi consiste à cesser de croire au diable, à cesser de croire que ce symbole aurait un quelconque pouvoir sur nous, à comprendre qu’il n’a du pouvoir que si nous lui donnons le nôtre et que nous l’imaginons réel et puissant. Dire « Adieu » au diable est une belle formule de réunification et de clôture de l’illusion.

Pour nous aider dans ce passage, nous apprendrons à discerner et ne pas nous impliquer dans tout ce qui crée de la peur, des projections, des scénarios-catastrophes, de l’incohérence, qui nous fait descendre en vibrations. À poser notre consentement, nos limites, nos choix souverains. À décider ce à quoi nous accordons notre attention. Pas faire l’autruche et basculer dans le déni, mais rester raisonnable, centré et neutre émotionnellement avec les informations reçues. À mettre la focale sur ce que nous souhaitons, ce qui nous anime et nous fait vibrer plutôt que sur ce que l’on craint ou qu’on rejette.

Nous reviendrons à l’humilité, de notre place d’espèce parmi les autres espèces vivant sur la Terre, renonçant aux fantasmes d’exploitation des ressources et de toute-puissance. Cessant de considérer ce et ceux qui nous entourent comme des objets qui doivent nous être utiles et nous servir.

Nous y parviendrons aussi en voyant en face nos volontés de contrôle sur le monde, sur ce qui nous arrive, nos proches, et les manœuvres de manipulation et d’influence que nous exerçons.

Apprenant à maîtriser et sublimer nos pulsions pour générer de la puissance à l’œuvre pour le vivant.

À savoir créer par le VERBE et vibrer dans le SILENCE ; savoir quand s’avancer et quand se retirer ; n’interférer que quand cela est nécessaire.

**************

Les pulsions de survie et de mort (ego et diable) sont les deux polarités de la matrice de peur. En mettant en vis-à-vis nos dissonances intérieures et en les soumettant au flash du photon scalaire, nous éclairons, neutralisons et dissolvons instantanément ces distorsions.

Gardons une vigilance de chaque instant. Où est-ce que je me positionne, intérieurement et extérieurement ? Où suis-je, maintenant ? Dans la vie, la survie, la mort ? Puis-je me réaligner, tout de suite, en choisissant la vie ?

Notre évolution de conscience est celle de la maturité.

Quand nous transmutons nos pulsions, que nous sommes unifiés en dedans et que nous acceptons la métamorphose.

Quand nous nous détachons des formes et que nous nous attachons à la clarté de la Conscience, à la sérénité de la Présence et à la confiance de la Puissance.

Chacun d’entre nous passera les portes à sa façon, avec ce qui lui correspond et à son rythme. Nous sommes tous engagés dans le processus, et au fur et à mesure que nous serons passés, nous soutiendrons les autres depuis notre cohérence, notre clarté et notre souveraineté, afin que cela soit de plus en plus simple, fluide et évident.

Comments


Catégories
Posts Récents
Archives
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
bottom of page