top of page

L’HUMAIN DIVIN TOUT-EN-UN



Le trio gagnant : observateur, onde, particule.


Notre expérience de vie dépend en premier lieu et largement de notre positionnement, de la manière dont la Conscience observe en nous.


En tant qu’êtres humains nous avons l’immense responsabilité et honneur d’être simultanément ondes, particules et observateurs !


Qu’est-ce que ça veut dire ?


Je me réfère bien sûr à la physique quantique, qui a pu démontrer que la réalité est constitué de champs d’ondes, d’énergie en mouvements qui s’interpénètrent et dansent dans différentes formes, différentes densités, différentes manières de circuler. Ces ondes ont l’extraordinaire faculté, sur notre plan, de se cristalliser en particules, c’est-à-dire en matière, quand elles sont observées par une conscience.


Elles dansent en tant qu’énergie en mouvement, et le regard les précipite en formes manifestées, perçues par nos sens.


Nos sens sont les capteurs de portions d’ondes très restreintes. Tout le reste des mouvements n’est pas perceptible par nos sens physiques. Ce n’est pas qu’ils n’existent pas, c’est qu’ils ne sont pas visibles/perceptibles par nous, et en conséquence ils ne font pas partie de notre réalité.


L’observateur génère des événements quantiques. Dans les recherches scientifiques quantiques il est prouvé que l’expérience dépend en premier lieu du positionnement de l’observateur. Cela est à la base de la manifestation d’une précipitation d’onde en matière, c’est-à-dire du fait qu’un potentiel se réalise. Cela est vrai et expérimenté au niveau microscopique dans les laboratoires.


Qu’en est-il au niveau de notre réalité quotidienne, sensorielle ? Y a-t-il des ponts, des convergences entre les lois physiques du micro et notre expérience du monde ?


C’est un débat qui n’est pas tranché au sein de la communauté scientifique.


De mon point de vue, c’est une clé fondamentale de compréhension et d’évolution par le déploiement de nos potentiels.


Nous croyons que la réalité est immuable parce que nous sommes enfermés dans des boucles de reproduction dont les geôliers sont nos croyances limitantes, nos conditionnements, nos habitudes, nos références au passé, notre attention portée sur les histoires et distractions, les souffrances et l’attachement à une identité.


Quand nous parvenons à déconstruire cette prison interne, nous réalisons que nous sommes bien plus que cela. Nous sommes à la fois l’observateur, l’onde et la particule.


L’onde est l’ensemble de nos potentiels, et la particule est le corps (au sens large, constitué des différentes enveloppes physiques et énergétiques) limité par une identité.


Notre capacité d’évolution réside dans notre capacité de faire des allers et retours entre onde et particule, c’est-à-dire de régulièrement quitter le champ figé de la matière pour aller nous réinitialiser dans le champ d’ondes, dans l’Unité, et en revenir actualisé, régénéré, renouvelé et enrichi de potentiels nouvellement activés.


L’observateur, par le biais de la focalisation de la Conscience, par l’attention de la Présence et par la reconnaissance de la Puissance, intensifie sa capacité de génération des formes, depuis sa responsabilité créative.


Pour passer de particule à onde il est nécessaire de déposer son identité, ce qu’on croit être, et de nous détacher de nos liens affectifs, émotionnels, de loyauté. La foi nous aide en cela.

Pour passer d’onde à particule il est nécessaire d’être ancré, centré, aligné et de savoir précipiter son énergie de manière cohérente pour manifester la forme actualisée.


Que se passe-t-il entre les deux instants ? Il n’y a pas de continuité linéaire, c’est un passage dans le champ du « point zéro » où l’ensemble des cartes peut être redistribué.


C’est seulement notre croyance et notre conditionnement à la linéarité du temps qui permet cette impression de continuité. L’observateur croit à la continuité de l’espace-temps, alors les mouvements d’ondes et de particules s’y conforment.


Si l’observateur change sa croyance, lâche prise de ses œillères et se met à véritablement observer son regard s’ouvre, sa perspective s’élargit et il réalise que tous les potentiels sont disponibles, que les lignes de temps s’entrecroisent perpétuellement avec pour centre l’instant présent, que selon ses choix et ses positionnements il va passer d’une ligne de réalité à une autre parallèle, où certaines choses seront les mêmes que l’instant perçu comme « juste avant », mais où d’autres choses seront profondément différentes.


Cela demande foi et cohérence pour ne pas avoir peur de l’étrangeté ni décompenser psychiquement.


Cela demande aussi d’être disponible. Si on est sans cesse agité mentalement et émotionnellement, occupé par nos histoires, nos emplois du temps, de multiples sollicitations, le stress, la peur, on est bloqué dans la particule.


C’est quelque chose qui s’expérimente par chacun dans les relations, pour vous donner un exemple. On a tous déjà vécu que selon notre positionnement dans une relation, celle-ci évolue. Si je modifie mon attitude, mon comportement, mon consentement, « l’autre en face » va modifier en conséquence son propre positionnement, et la relation soit cessera, soit évoluera.


Cela peut se vivre également avec la matière, avec les objets, avec l’environnement, avec le décor, avec le corps.


Selon comment je me positionne, comment j’ouvre en moi la possibilité de la surprise, de l’extraordinaire, de la métamorphose, du renouvellement, de la bascule dans un nouvel état interne et externe, je vais permettre aux miracles de se produire dans ma vie.


Miracles entendus ici comme phénomènes auparavant perçus comme impossibles et relevant de l’intervention divine.


Car il s’agit aussi de cela. Quand on se perçoit simultanément observateur, onde et particule, on ouvre en nous la porte du divin. On agrège les aspects. On se reconnaît comme Esprit ayant le pouvoir de générer des formes, champs de tous les possibles et manifestation réalisée dans une expérience.


C’est une immense responsabilité. On mesure alors la grâce qui nous est offerte de pouvoir nous incarner dans des corps pour explorer cette expérience.


On discerne l’abîme entre ce que nous sommes réellement, l’immensité de l’exploration qui nous est proposée, et les limitations que nous nous infligeons par ignorance, illusion, addiction au poison, soumission à la guerre, croyance en la séparation et vénération de la souffrance.


Et pourtant il n’y a qu’un regard à déplacer, qu’une vibration originelle à épanouir, qu’un Cœur à déployer pour basculer dans une autre version de nous-mêmes !


Grâces et renoncements. Deux aspects qui peuvent sembler disparates, et pourtant…


Rendons grâce d’être en vie, de jouir de l’incroyable et exceptionnelle occasion d’être incarné dans un corps terrestre, physique. Nous sommes des parcelles de la Grande Conscience ayant le privilège de piloter cette fractal de manifestation.


Renonçons à tout ce qui ne nous est plus utile, ce qui ne nous correspond plus, ce qui nous fait descendre en vibrations et ne nous honore pas. Ce qui est faux, ce qui compromet notre intégrité, ce qui nous sabote et prétend nous limiter.


Les temps sont propices aux changements profonds tant le théâtre social présente un visage absurde, et cela nous propose de restituer du sens, de l’humanité, de la beauté, du lien de vie, des initiatives joyeuses et qui nous animent profondément.


On est là, bien vivants, vibrants, prêts à renaître à de nouvelles versions de nous-mêmes pour renouveler le comment vivre ensemble, en reliance directe au divin en nous, en interdépendance avec nos frères et sœurs humains et de tous les règnes.



148 vues

Comments


Catégories
Posts Récents
Archives
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
bottom of page