top of page

ANTENNE SACRÉE ENTRE TERRE ET CIEL




LA RELIANCE


Un des mystères profonds qui se posent à l’être humain est celui du sens de la Vie, et du positionnement à adopter pour évoluer dans la justesse et l’accord global.


Cet article vous propose d’explorer une approche de l’être humain comme antenne sacrée entre la Terre et le Ciel, comme pont consacré à soutenir le vivant et veiller sur l’harmonie à l’intérieur comme à l’extérieur de soi.


En tant qu’êtres humains, nous sommes dotés de potentiels et ressources dont la logique, le ressenti et l’intuition, qui nous permettent d’appréhender l’Être, la Vie et l’Au-delà, et de nous inscrire en tant que passerelles entre ces différentes dimensions et compréhensions du Réel.


Vivre la connexion Terre-Ciel de manière sacrée implique au préalable de nous consacrer nous-même, ainsi que toutes formes de vie, et de nous engager dans l’œuvre de pont entre Ciel et Terre, depuis le triple aspect Présence-Conscience-Puissance.


LE VAISSEAU TERRE


Nous sommes logés dans des corps de matière, de terre, incarnés dans une forme dont nos sens ici-bas nous prédisent qu’elle est limitée tout autant dans l’espace que dans le temps.


Cela fait partie des « conditions » de la Terre : accueillir des êtres dans des formes qu’elle propose et dont elle dispose, issues de ses atomes, de ses lois propres, des équilibres élémentaires à sa surface. La Terre est un des astres rares à proposer les conditions réunies pour accueillir la Vie dans la forme de la 3e dimension. La 3e dimension signifie ici la Vie sous une forme matérielle carbonée, dense et relevant de la danse des 4 éléments : eau, feu, terre, air.


La Vie matérielle sur Terre s’est déployée sous forme carbonée. La force du carbone réside dans sa capacité chimique de se lier et créer de grandes molécules complexes, viables et stables, composant les organismes vivants. Ainsi les protéines de nos corps sont composées de molécules élaborées grâce aux liaisons des atomes de carbone.


C’est cela qui nous permet d’expérimenter la densité, le temps, la stabilité et la limitation dans l’espace. Des hypothèses prévoient une évolution vers une vie silicée, le silicium présentant lui aussi un atome permettant de créer de nombreux liens et ainsi des molécules complexes, à la différence que ces molécules sont instables. La vie y serait alors bien différente, plus proche de l’univers quantique et d’une existence multidimensionnelle moins dépendante de l’espace et du temps. Mais ceci n’est pas notre vécu actuel, même si l’importance du silicium s’intensifie avec la montée vibratoire de la Terre…


La Terre est notre maison, notre mère et notre terrain de jeu. Elle nous accueille pour une expérience d’incarnation à l’intérieur de son cadre d’expérience.


Elle est un organisme vivant dotée tout comme nous de Présence, Conscience et Puissance. Elle aussi vit ses processus évolutifs et ses interactions avec d’autres (astres), ses rapports de forces internes et externes, ses métamorphoses.


Nous avons la ressource de nous relier à elle depuis la communion : la capacité de nous sentir Un avec elle, d’éprouver que les atomes qui composent nos corps sont aussi des atomes de son corps ; de sentir que nos Cœurs battent au même rythme que le sien ; de vérifier que les éléments qui nous semblent extérieurs : l’eau, le feu, la terre et l’air, vivent aussi en nous, que ce soit dans nos corps physiques ou dans nos corps subtils.


Symboliquement, la Terre se réfère au matériel, à ce qui peut être vu, nommé, compris et exprimé sous forme logique et représentable. Elle évoque aussi la Nature, l’équilibre merveilleux permettant l’expansion des formes de vie et le déploiement de la beauté harmonique. Elle nous parle également de l’incarnation, de notre quotidien, de l’ordinaire, de nos besoins corporels, affectifs et sociaux.


L’INFINI CIEL


Le Ciel se réfère au divin, à l’essence, parfois appelé « indicible » – dont on ne peut rien dire. Le Ciel exprime ce qui se passe avant, après et au-delà ; la vacuité ; les grandes forces qui nous déterminent à notre insu ; le plan causal dont parfois nous croyons que nous sommes juste une étape, un maillon dans la grande chaîne des conséquences.


Le Ciel nous parle de l’immensité, de l’ensemble du champ des possibles, de notre origine, de ce qui dépasse les limites matérielles dont nous sentons intuitivement qu’elles ne correspondent pas à l’entièreté du potentiel humain. Le Ciel nous parle aussi de la reliance au divin, la part en nous qui est pure émanation de la Présence, Conscience, Puissance.


Du Ciel, nous ne savons rien depuis la raison ni la certitude, ou si peu que la logique matérielle de nos « scientifiques » peut grâce à ses hypothèses et ses machines en extrapoler. Le Ciel ne répond pas à la logique du savoir, de la représentation. Il est de l’ordre de la transcendance, de la révélation, par la Lumière qui « descend » parfois jusqu’en nous et nous entrouvre les portes du mystère.


LE CŒUR AU CENTRE


À la surface terrestre, nous habitons le lieu de la rencontre entre Terre et Ciel.


L’expérience d’être humain se situe à l’intersection : nous sommes l’existence, l’éprouvé, ce qui se vit, se dit, se sent, se témoigne, se lie, se partage et s’échange. L’être humain, à sa mesure, comporte une part de volonté qui nous permet de n’être pas complètement déterminés ni par la Terre, ni par le Ciel. Nous expérimentons la possibilité de faire des choix concernant notre vécu, notre chemin, de discerner ce qui nous anime et de décider comment se positionner. Cette capacité volontaire nous rend acteurs et donc nous confère une part de créativité, de déploiement du grand Jeu de la Vie.


Quand nous sommes centrés sur l’intelligence du Cœur, sur le rythme du Cœur, la paix s’installe, nos fréquences de résonance s’élèvent et se clarifient, nous accueillons la Présence silencieuse et nous sommes disponibles à la Vie.


L’AXE DE LA VERTICALITÉ


Notre axe vertical est primordial pour vivre en tant qu’antenne, c’est une des fonctions fondamentales de l’être humain, qui explique notre posture corporelle d’être debout, les pieds ancrés au sol, la tête connectée aux étoiles et les bras disponibles pour bénir et agir dans le monde qui nous accueille.


Cela nous indique aussi l’importance de déployer l’ensemble des chakras qui régulent l’énergie dans notre colonne verticale, afin de nous réaliser et d’explorer nos différents potentiels. Du bas vers le haut, nous sommes soutenus par les fréquences de la confiance en l’incarnation, de la réjouissance, de la capacité à réaliser un projet, de la paix du Cœur, de la liberté d’expression et d’héritage, de la vision intérieure globalisante et de l’authenticité.


Quand nous sommes ancrés, centrés, alignés, nous nous trouvons dans le plus juste positionnement pour notre rôle d’antenne entre Ciel et Terre, prêts à accueillir et retransmettre la globalité des informations-énergies qui se présentent à nous.


HORIZONTALITÉ ET SOUVERAINETÉ SACRÉES


Avec les nouvelles fréquences qui baignent la Terre, nous ne pouvons plus déléguer notre dimension sacrée à des formes extérieures, que ce soient d’autres êtres humains dans des rôles de curés, de prêtresses ou de gourous, ou des institutions telles des groupes, des églises, des sectes ou des traditions. Nous assumons notre pleine responsabilité et pleine légitimité.


De même les offrandes extérieures ne sont plus utiles : ce que nous avons à offrir c’est nous-même, pas comme sacrifice mais comme être qui se consacre, s’implique pleinement et s’engage depuis le Cœur pour le vivant.


Nous sommes en interaction horizontale depuis le champ du sacré. Que nous allions visiter un lieu, que nous contactions des êtres vivant dans des plans invisibles, rien n’est au-dessus ni en dessous de nous, depuis la souveraineté de l’Être qui nous anime de toute éternité, nous ne déléguons jamais notre pouvoir à l’extérieur, quelle qu’en soit la forme.DE L’ESPRIT À LA FORME


L’expérience sacrée nous permet de réaliser et d’intégrer que l’esprit est AVANT les formes. Au fil des épreuves et du vécu, nous apprenons à nous détacher des formes, à accepter leur impermanence au-delà des modélisations figées de l’ego programmé pour maintenir une illusion de permanence.


Que ces formes soient des relations, des objets, des institutions, des créations, des égrégores, des croyances, des habitudes, des rôles sociaux, etc., lorsqu’on parvient à maintenir le lien vibratoire qui nous unit à l’essence, nous ne nous identifions plus aux formes transitoires et nous ne leur donnons plus de pouvoir sur nos choix. Nous apprenons à nous tenir à la juste distance et à élargir notre perspective vers une conscience globale et détachée.


Nous devenons alors capable de supporter, de soutenir et d’accompagner les changements d’équilibre, le renouvellement des formes.


INTERCONNEXION


Consacrés à la vie, à vivre la vie, nous opérons la jonction entre le Ciel et la Terre, c’est-à-dire entre l’information et la matérialisation ; entre l’esprit et les formes. Nous relions, nous relayons.


Par la connexion au Ciel, nous sommes inspirés pour révéler l’essentiel, l’infini, l’éternel, pour soutenir l’évolution des formes, l’optimisation des équilibres, l’harmonisation des environnements grâce aux fréquences de résonance élevées que nous captons et émanons depuis nos Cœurs. Du Ciel vers la Terre, nous captons, recevons l’info-énergie source et œuvrons à la « faire descendre » jusqu’à sa réalisation dans la matière, jusqu’à sa manifestation.


Par la connexion à la Terre, nous sommes impliqués directement dans l’expérience dense de la matière limitée par les sens et les dimensions de l’espace et du temps, par les lois électromagnétiques et gravitationnelles. Invités à nous réjouir de cette précieuse expérience de vie qui nous est offerte. De la Terre vers le Ciel, nous sommes appelés à célébrer la merveille, la joie, la grâce de l’existence, et à offrir nos résolutions, nos témoignages, nos expériences au Grand Tout.


LES FONCTIONS D’UNE ANTENNE


L’antenne est un pont, un émetteur-récepteur, un adaptateur/transformateur et un canal.


Le pont est jonction, connexion entre deux champs, deux espaces apparemment séparés ou de nature différente.


L’antenne est un émetteur-récepteur, elle fait communiquer (comme Unique est) deux plans en adaptant l’information qu’elle capte afin qu’elle puisse être reçue et comprise.


L’antenne est canal, elle permet à l’information-énergie de circuler dans un flux optimal afin d’éviter trop de déperdition.


Pour être un bon canal, il est important de réduire les interférences, de savoir qu’on a des filtres et travailler à les aligner sur notre signature vibratoire originelle afin de restituer de la manière la plus authentique et vibrante.


L’ART D’ÊTRE UNE ANTENNE SACRÉE


Nous pouvons assumer cette fonction d’antenne sacrée en honorant unicité et multiplicité à travers notre signature vibratoire unique.


Nous réduisons les interférences en connaissant nos failles et en transmutant tout ce qui entrave la libre circulation de l’Amour en nous et dans notre expérience.


Nous améliorons la fonction d’antenne sacrée quand nous en comprenons le but : contribuer à faire circuler de l’énergie-information pour favoriser l’harmonisation des équilibres et les transitions évolutives. Pour cela nous veillerons à la clarté, la simplicité et la profondeur.


Entre Terre et Ciel, l’antenne sacrée soutient toute vie avant tout par l’émanation de la Présence demeurant dans le Cœur, par l’expansion de l’énergie Amour dans la bénédiction.


Ressentir le sacré est une expérience transcendante que nous pouvons partager avec d’autres êtres humains en nous reliant par le Cœur, le regard, le toucher, le mouvement commun et la syntonisation vibratoire.


De la même manière nous honorons notre œuvre d’antenne sacrée dès que nous nous mettons en reliance avec les animaux, les esprits des plantes, des pierres, des eaux, des montagnes, des volcans, des vents, des étoiles… ; dès que nous communions, que nous ressentons l’unicité, l’intimité et la beauté.


Nous nous connectons et vivons la véritable rencontre en déployant ouverture, disponibilité, reconnaissance. En acceptant aussi d’être « bougé », d’être impacté par les énergies, les infos, les expériences, même s’il faut parfois ensuite les transmuter, les sublimer jusqu’à parvenir à un nouvel équilibre.


UN PONT SACRÉ, ÇA CRÉE


Comme ponts entre les plans, nous avons le devoir et le pouvoir de créativité, c’est-à-dire de mettre au jour des formes nouvelles.


La vie est toujours en mouvement, en évolution, dans l’expansion de formes et d’expériences inédites. C’est seulement la pulsion de survie qui souhaite reproduire le déjà-connu et refuse le changement par peur de l’inconnu.


La créativité est directement inspirée par notre signature vibratoire unique (le Ciel), nos talents et nos impulsions d’expression (l’être humain en chantier) dans ce monde (la Terre).


La créativité est au cœur de l’œuvre sacrée, avec l’importance ici encore de ne pas s’attacher à la forme créée, de ne pas lui accorder de pouvoir et d’être prêt à l’offrir pour toujours continuer d’avancer dans le mouvement de vie…


LES OBSTACLES : TROP PERCHÉ OU TROP PLOMBÉ…


Ce qui empêche parfois notre œuvre d’antenne sacrée est principalement quand nous manquons de connexion soit à la Terre, soit au Ciel : nous ne pouvons tout simplement pas faire la jonction car nous ne la vivons pas nous-même ! L’allégorie est intéressante par rapport au poids et à la gravité terrestre.


Trop perché : léger comme une plume flottant dans l’air ; connecté seulement « là-haut », avec refus d’incarnation, nombreux empêchements à une vie simple et heureuse : problématiques liées à l’argent et l’abondance, sensation d’être seul et incompris, difficultés à comprendre les codes sociaux et à s’y adapter, à accepter les limites et les épreuves de la vie terrestre, entre autres. Excès d’élément air.


Trop plombé : « lourd comme du plomb » ; connecté seulement à la matière, avec souvent un déni de la vie spirituelle, des mondes subtils et des trames invisibles. On peut distinguer trois manières d’être plombé : plombé par le corps physique, c’est-à-dire les désirs pulsionnels, les problématiques de survie ; plombé par le corps émotionnel, c’est-à-dire les « histoires » personnelles dramatisées, les statuts de victime, les affects ; plombé par le corps mental, c’est-à-dire les croyances rigides limitantes, les conditionnements, les soucis superficiels. Excès d’élément terre.


Le « trop » signe ici l’absence d’équilibre et par conséquence l’indisponibilité à œuvrer comme pont sacré, car on est occupé et coincé dans son espace déséquilibré.


Pour résoudre ces états, un processus de transmutation et d’harmonisation est nécessaire, qui peu à peu nous permet de nous ancrer, nous centrer, nous aligner, nous déconditionner, puis d’oser explorer, lâcher prise pour enfin se rendre disponible et se consacrer à l’œuvre.


Cette harmonisation visera à restaurer un axe vertical à travers lequel l’énergie circule correctement, permettant à la conscience d’explorer des expériences de plus en plus vastes dans les différents niveaux auxquels l’être humain a accès, selon là où il se positionne dans cet axe.


SACRALITÉ DU CORPS


Pour œuvrer comme antenne sacrée, reconnaissons le sacré dans nos aspects « humain incarné ».


Reconnaissons la sacralité du corps physique. Lorsque nous sommes « trop perché » ou « trop plombé », nous ignorons la merveille et le monde qu’est un corps humain, cadeau de la Terre qui offre ses composants et ses conditions élémentaires pour que le souffle de vie prenne forme et y installe Présence, Conscience et Puissance. Le corps demande à se réjouir, à communier, à être mis en mouvement, en repos, qu’il en soit pris soin, qu’on communique avec son intelligence propre et qu’on écoute ses messages et besoins.


Reconnaissons la sacralité du corps émotionnel. Les émotions procurent l’intensité et la qualité de ce qui est perçu. Elles nous offrent l’arc-en-ciel des nuances que nous éprouvons dans notre existence. Elles sont un joyau délicat et précieux grâce auquel nous pouvons communier et connaître la compassion.


Reconnaissons la sacralité du corps mental. Les idées, les pensées, les raisonnements, la logique sont un fabuleux instrument nous permettant de nous représenter le vécu et d’imaginer l’indicible, d’élaborer des visions, des compréhensions, des témoignages, des inventions, une forme pour communiquer grâce au langage, et tout cela permet de révéler, de donner du sens à l’existence.


Le corps physique s’exprime avec les cinq sens et les sensations. Le corps émotionnel nous offre les ressentis et les sentiments. Le corps mental nous permet de poser du sens. Et grâce aux sens subtils qui s’éveillent, nous sommes reliés directement à l’essence.


LA BONNE ATTITUDE


Notre regard, notre disponibilité, notre positionnement déterminent si nous sommes en train d’œuvrer en tant qu’antenne sacrée ou non. Le faux Yin nous disperse et nous distrait, le faux Yang nous force et nous contrôle.


Nous faisons danser les véritable Yin et Yang lorsque nous sommes complètement présents à CE QUI EST, à travers nos fonctions d’incarnation – le corps, les émotions et les pensées –, alignées par la souveraineté de l’Être que nous sommes en essence.


Veillons à l’équilibre, ici aussi, entre ces fonctions. Si l’une d’entre elle est en « trop », elle nous gouverne ; si l’autre n’est « pas assez », elle est niée et tout cela génère des tensions, des nœuds et des déperditions. Acceptons, honorons, alignons et potentialisons chacune de ces fonctions afin que l’énergie-information circule correctement en elles et entre elles.


LE SACRÉ AU QUOTIDIEN


Une part majeure de l’œuvre consiste à amener le sacré dans le quotidien, dans les petites choses, dans nos manières de fonctionner à chaque instant, dans les relations intimes, dans nos attitudes intérieures et extérieures.


Il ne s’agit pas de prosélytisme, de mission ou de sacrifice mais d’incarner notre œuvre, de nous consacrer à l’être, de vibrer notre essence.


Passons du paraître à l’être, de l’avoir à l’être, du faire à l’être, de plus en plus souvent, de plus en plus longtemps, jusqu’à l’avoir intégré et enfin le vibrer.


Vivre le sacré n’est pas une mode passagère pour séduire l’extérieur et se valoriser, mais un engagement interne impérieux qui bouleverse l’existence à tous niveaux.


Nous reconnaître et œuvrer comme antenne sacrée nous permet d’évoluer, de déployer des ressources nouvelles, de manifester nos potentiels latents. Peu à peu nos perceptions grandissent ainsi que l’accès intérieur à une information élargie, globale. Nous accédons alors à une existence basée sur la multidimensionnalité consciente.


VERS L’ANTENNE SCALAIRE


Quand nous avons intégré notre axe vertical, notre connexion Terre-Ciel et notre cohérence énergétique, nous nous tenons debout entre les plans, avec la capacité d’y naviguer.


L’antenne sacrée accède à une nouvelle dimension : celle de l’antenne scalaire, qui a la capacité de transformer l’ancien (le duel, le binaire) en nouveau (l’unitaire). Nous passons du huit au neuf. Le huit (n-uit en français, n-acht en allemand, n-oche en espagnol, n-eight en anglais, etc.) est ce qui est bouclé 8∞, ce qui est terminé, achevé, et demande de passer à un nouveau cycle en spirale, ce que permet le neuf (neuf en français, neu-n en allemand, nuevo-nueve en espagnol, etc.) représenté par une spirale 9. Il est magnifique de comprendre combien les dessins de ces chiffres révèlent leur énergie : le 8∞ représente les ondes électromagnétiques (l’énergie de la dualité) de même amplitude et de même fréquence, de phase opposée, qui enfin harmonisées se neutralisent et l’énergie rendue disponible peut se propager d’une nouvelle manière grâce à l’onde de forme de la spirale symbolisée dans le 9.


Nous sortons de la polarité et accédons à une nouvelle qualité d’expérience dans nos vies, nos espaces intérieurs, nos relations, nos créations.


Nous relions l’infiniment petit et l’infiniment grand, nous nous percevons dans le continuum multidimensionnel, baignant dans un champ de possibles ouverts, et non plus comme des individus séparés, coupés de l’extérieur et coincés dans un continuum linéaire borné par l’espace et le temps.


L’antenne sacrée est alors pleinement activée et nous participons à harmoniser les environnements et à soutenir les transitions nécessaires pour l’évolution de la Vie sur Terre.


RESPIRATION DE LA CROIX VIVANTE


Cette respiration énergétique connecte à la Terre et au Ciel, centre dans le Cœur et aligne les axes afin de faire circuler l’énergie correctement, d’élever les fréquences de résonance et de diffuser l’énergie Amour dans son environnement. Pour apprendre à respirer dans le Cœur et ressentir la montée vibratoire.


Debout ou assis le dos bien droit, les pieds au sol légèrement écartés.


Trois fois, je me relie au centre de la Terre, j’inspire l’énergie de la Terre et je la laisse monter en moi à travers les pieds, les jambes, le chakra racine, le chakra sacré, le plexus solaire, jusqu’au chakra du Cœur. À l’expir je laisse l’énergie redescendre à la Terre.


Trois fois, je me relie au Soleil, à mon étoile d’origine, j’inspire l’énergie du Ciel et je la laisse descendre en moi à travers le chakra coronal, le 3e œil, le chakra de la gorge, jusqu’au chakra du Cœur. À l’expir je laisse l’énergie remonter jusqu’au Ciel.


Trois fois, j’inspire simultanément l’énergie de la Terre et du Ciel, et les deux flux se rejoignent dans le Cœur. À l’expir, je permets à l’énergie de se déployer dans l’espace de mon Cœur.


Trois fois, j’inspire simultanément l’énergie de la Terre et du Ciel, et les deux flux se rejoignent dans le Cœur. À l’expir, je permets à mon Cœur de déployer l’énergie Amour dans mes corps physique, éthérique, émotionnel et mental. Je goûte et je savoure le bien-être et la paix qui m’irriguent.


Trois fois, j’inspire simultanément l’énergie de la Terre et du Ciel, et les deux flux se rejoignent dans le Cœur. À l’expir, je permets à mon Cœur de déployer l’énergie Amour dans le plan horizontal représenté par mes bras ouverts. Je répands l’énergie Amour au-delà de mon interface. En expansion, je baigne dans l’Amour et je bénis toute vie. Je ressens mon champ énergétique qui se dilate, la Puissance de la Douceur se propage dans toutes les directions.


J’adopte cette RESPIRATION DU CŒUR : j’inspire depuis la Terre et le Ciel dans l’axe vertical ; depuis le Cœur j’expire dans l’axe horizontal. Je savoure le bain d’Amour et je le diffuse.


Article diffusé dans la revue Union Sacrée




Comments


Catégories
Posts Récents
Archives
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
bottom of page