top of page

RÉALISER LES POTENTIELS ÉVOLUTIFS

CLÉ DE RÉGÉNÉRATION – texte 2





Les potentiels représentent l’ensemble des possibilités qui nous sont accessibles, et qui ne sont pas encore réalisées. Un potentiel est latent et nous correspond. C’est une hypothèse, une possibilité d’expérience qui est plus ou moins proche de nous. Certains potentiels sont communs à toute l’humanité, d’autres sont propres à un individu.


Nos potentiels sont inscrits dans notre signature vibratoire fondamentale, notre Origine, notre feuille de route pour cette incarnation.


Le parcours d’une vie consiste pour beaucoup dans le fait de manifester ses potentiels. Chaque nouvelle expérience nous procure l’occasion de découvrir une nouvelle facette de nous et éventuellement de la développer jusqu’à ce qu’elle devienne un talent.


Certains potentiels sont du domaine de la reproduction de l’ancien monde et dans la trame électromagnétique ; d’autres se révèlent évolutifs, dans la trame scalaire, et quand ils se réalisent ils génèrent le nouveau monde. C’est essentiellement de ceux-ci qu’il s’agit dans ce texte.


Certains des potentiels seront réalisés, d’autres pas, selon les choix, les positionnements, les chemins que nous emprunterons au fil de la vie. Nous allons découvrir ce qui entrave et ce qui facilite leur déploiement.


POTENTIELS CONVENUS-CONNUS ET POTENTIELS NOUVEAUX-CACHÉS


Il y a les potentiels connus et les potentiels cachés. Les potentiels connus sont les plus faciles à manifester. Que ce soient les héritages familiaux ou sociétaux, tout ce qui est de l’ordre de la reproduction, de l’approfondissement d’une voie déjà ouverte par d’autres et reconnue socialement. Tous ces potentiels sont facilement assumables et intégrés. Même si on doit souvent faire face à une pression de l’entourage qui attend qu’on assume l’héritage et la réalisation du potentiel pressenti par eux…


Manifester des potentiels, ça se passe tout le temps, à plein de niveaux, de plein de manières. Exemple d’un sportif qui se déploie dans un domaine. Le potentiel va s’insérer dans un cadre déjà existant où il s’intègre. C’est bien pour la réalisation personnelle, et pour honorer que la vie aime être en mouvement et en expansion ; se consacrer à ce qui nous fait vibrer et qui nous plaît et l’explorer, c’est déjà une forme de réalisation.


Toutefois les potentiels dont il s’agit ici, avec cette clé vibratoire de la Régénération, la 6e clé Yin de la série des 13 clés de transformation, c’est les potentiels cachés, inexplorés, ce qui va au-delà de ce qu’on connaît déjà.


On pourrait parler des potentiels depuis le discours habituel du développement personnel, de s’épanouir dans la vie, etc., toutefois avec ces 13 clés on n’est pas à cet endroit-là, mais sur l’idée d’aller au-delà, activer des potentiels que les êtres humains n’ont pas encore été activer, en tous cas massivement, et de manière ouverte. De manière cachée, occulte, il y a de tous temps des êtres qui ont développé des potentiels au-delà de l’ordinaire, notamment dans les lignées monastiques, magiques et mystiques, mais là il s’agit d’activer la nouvelle trame collective qui passe par nous pour s’installer comme réalité viable.


La nouvelle trame est d’abord générée dans l’éther, dans les plans invisibles, puis ensuite elle vient sur ce plan, les infos-énergies qu’elle porte viennent nous rencontrer et activent en nous des potentiels qui étaient latents et qui n’étaient pas encore vécus, tout d’abord parce que ignorés, inactifs, et inaccessibles.


Et là, en ces temps de transition majeure, ça vient à notre conscience, ça renforce notre présence et ça déploie notre puissance, ça s’active et c’est disponible pour nous. C’est de cela que j’ai envie de parler et que j’ai envie de développer avec l’écueil à éviter de l’orgueil, qui se croit Dieu, l’ego spirituel qui croit que c’est lui qui crée la chose, l’expérience, alors que ce que nous faisons, ce n’est pas créer ces capacités, ces potentiels, c’est leur permettre de s’activer en nous depuis l’antenne émetteur-récepteur scalaire, et nous positionner correctement pour pouvoir expérimenter ces potentiels et leur donner forme sur ce plan.


TOUT EST POSSIBLE ?


Beaucoup de théories et slogans existent sur les potentiels : « le champ de tous les possibles » ; « tout est possible » ; « j’ai accès à toutes les possibilités ». Cela a un double effet : c’est intéressant car cela nous permet d’oser, d’autoriser à ouvrir, de ne pas nous réfréner dans l’exploration, mais attention au piège du surhomme souvent mythomane et mégalomane, à l’imagination débordante mais n’intégrant pas ses croyances sur ses potentiels dans une réalisation effective sur ce plan.


Dans l’absolu, oui, on est tous inter-reliés et on a tous accès au champ scalaire qui déploie les spirales évolutionnaires et les fractales holographiques ; dans la réalité il y a des étapes pour y parvenir, des portes à déverrouiller et franchir, des paliers d’intégration de Conscience-Présence-Puissance, et des niveaux d’énergie à supporter/contenir pour la structure vibratoire.


AU-DELÀ, PAS À PAS


Le potentiel, c’est ce qui est après la limite présente. Réaliser un potentiel, c’est aller au-delà de cette limite, la dépasser, faire un pas de plus dans l’inconnu et investir tout son Être dans cette exploration, s’impliquer, se mobiliser dans cette découverte intérieure qui va déployer, en nous et à travers nous, nouvelles facettes et nouvelles ressources. S’autoriser à oser franchir toujours une nouvelle limite, c’est-à-dire continuer d’avancer, d’explorer, quelle que soit la forme.


DIFFÉRENCE ENTRE CRÉER ET GÉNÉRER


Un potentiel n’est pas une forme arrêtée, c’est une énergie-information essentielle, qui va prendre forme à travers notre structure, à travers l’antenne scalaire que nous sommes. Nous ne sommes pas propriétaires de nos potentiels, ni de leurs manifestations et réalisations. Nous sommes des passeurs entre l’idée et la forme. Nous ne sommes pas des créateurs, nous sommes des convertisseurs et des condensateurs. Il est nécessaire de démonter l’ego spirituel et l’orgueil afin de ne pas tomber dans le piège de se prétendre être ce que l’on n’est pas, ni de s’approprier ce qui ne nous appartient pas.


La croyance du surhomme qui se prend pour un Dieu créateur s’exprime dans les expressions telles que « je crée ma vie », par exemple. Oui et non.


Il est certain que nos positionnements vont conditionner l’accès à des espaces d’expériences possibles, et qu’en étant dans Présence, Conscience, Puissance, nous ouvrons l’accès au champ causal à travers notre existence incarnée.


Mais un être humain n’est pas la Source créatrice, il est une forme intermédiaire, une parcelle qui va répercuter à son niveau les infos énergies à sa disposition, et qui va les ordonner dans des formes qui correspondent à son plan d’existence.


Dans le mot « créer » il y a l’idée de créer ex nihilo, c’est-à-dire à partir de rien. Et ça n’est pas la réalité : en tant qu’être humain sur la Terre, on part des formes matérielles terrestres, de l’inconscient collectif contenu dans le plan astral, de nos héritages génétiques, des trames éthériques, de notre lien à l’Esprit, de l’impulsion de l’Un à travers nous.


On n’est pas, nous, depuis nos petits cerveaux et nos grands désirs, les créateurs. Cela est usurpé, et ça fait enfler les chevilles. C’est un écueil redoutable, important à saisir pour ne pas y chuter.


Pour éviter l’équivoque, il existe d’autres mots plus appropriés, comme générer, engendrer, donner naissance à, déployer, initier, exprimer, renouveler… eux ne portent pas la vibration de la toute-puissance et de l’ego spirituel.


L’ESPRIT DU PIONNIER


Ce qui est important n’est pas la forme que prend le potentiel pour se réaliser, c’est l’esprit, l’essence du potentiel. Aller se réaliser comme forme en expansion, en ouverture et en déploiement de nouvelles formes au-delà des formes de l’ancien monde duel. Là on est dans l’activation de potentiels scalaires ou christiques, et pas dans les lois de l’électromagnétisme, attraction/répulsion, avec la bipolarité et les ondes sinusoïdales.


On est sur la qualité d’une expérience nouvelle, c’est-à-dire réaliser un potentiel inexploré auparavant, initiant les nouveaux espaces pour faire la transition vers le nouveau paradigme.


Activer, actualiser des potentiels se passe en permanence dans le champ duel d’une vie humaine, les apprentissages de l’enfance, réaliser ses rêves ou ses talents, tout cela ce sont des activations de potentiels.


Mais là on étend le sujet au fait de déployer les formes du nouveau monde qui ne sont pas binaires – sur un « oui/non » – et qui ne sont pas des reproductions de ce qui a été fait auparavant, mais qui sont de nouvelles formes. Cela nous demande d’accepter de vivre l’expérience du pionnier, celui qui initie une nouvelle forme, ouvre une nouvelle voie, s’installe dans un nouveau territoire et instaure un nouveau cadre, une nouvelle trame sociale.


Le pionnier est dans sa responsabilité, stimulé et joyeux de la découverte, de proposer, d’explorer, d’être un initiateur, de prendre soin de la qualité et de l’opérativité de la forme qu’il déploie, même s’il y a des peurs qui peuvent se déclencher : de ne pas être pris au sérieux, de ne pas être reconnu dans sa proposition, que ça ne fonctionne pas.


ENTRAVES


Chez certaines personnes on peut déceler de forts potentiels évolutifs, mais après il nous appartient de réaliser ce potentiel ou pas, et dans la plupart des cas cela ne se réalise pas, à cause de divers obstacles qui se dressent devant nous. Qu’est-ce qui va faire qu’on choisit ou pas d’activer nos potentiels ?


Quand des entraves nous empêchent, il nous appartient de les dénouer, cela même fait partie du processus évolutif.


* Le manque de confiance en soi, le manque de confiance dans la vie, le manque de foi. Les croyances d’incapacité, d’indignité.

Restaurer cette confiance depuis la compréhension vibrée que c’est la vie qui a choisi à travers nous de développer ces nouvelles formes, et que nous sommes nous-même (dans) une forme intermédiaire à travers laquelle la vie va engendrer de nouvelles formes. Métanoïa.


* Le conformisme au moule social.

Les loyautés à un clan qui ne va pas nous permettre de sortir de la norme fixée, et va exiger de nous que nous nous conformions. La peur de déplaire, du jugement, de se tromper, de mal faire, de déranger. Pour surmonter cet obstacle, nous devons choisir à quoi nous consacrons notre vie, quel est ce qui nous anime et nous mobilise, et nous impliquer depuis notre centre.


* La peur d’oser, d’oser vivre, d’oser découvrir, d’être surpris, de ne plus se reconnaître.

Le dénouement de cette entrave passe par l’acceptation d’élargir et d’actualiser notre identité, l’image que nous avions formée de nous-même ; et par le fait d’alimenter la curiosité dans le sens de l’aspiration à l’exploration, et la stimulation.


* La procrastination, la démotivation, les routines, le laisser-aller, la dispersion, le divertissement.

Ces processus d’entropie Yin seront neutralisés par une canalisation Yang de l’énergie vers l’engagement interne évolutionnaire. Ne jamais s’arrêter, pas après pas, dans toutes les petites choses. La constance et la persévérance.


* L’emprise obsessionnelle de l’astral, qui tente de nous maintenir dans des boucles électromagnétiques.

Prendre conscience de ces phénomènes et refuser d’entrer dans ce jeu ; y faire face avec détermination et fermeté.


* Le paraître.

Cela demande un face-à-face interne en transparence, confronter son déni, ses mensonges, ses stratégies, ses motivations réelles.


* Les traumas, les maltraitances, les expériences douloureuses passées.

Cela requiert un processus de résilience et de lâcher le statut de victime avant de pouvoir accéder aux potentiels évolutifs.


* Le nihilisme avec pour corollaire le cynisme.

Sera désarçonné par l’émerveillement dans les petites choses, le réenchantement.


* Le refus de répondre à l’appel, les résistances, la rébellion interne.

Trouver en soi le lâcher-prise, la conversion, le retournement, la révélation.


* La désorientation, la perte de sens, la confusion.

Restructurer : ancrer, centrer, aligner. Clarifier


* La prison des œillères mentales, les potentiels non vus, non perçus et non reconnus.

Observer, élargir la perspective, le point de vue.


Ce qui va faciliter : aimer les surprises, les challenges, les défis ; être dans une constance dans l’ouverture vers de nouveaux espaces d’exploration intérieure et extérieure, quelle que soit la forme ; accepter les propositions de la vie et apprendre à se positionner avec ça en conscience.



DU BINAIRE AU SCALAIRE


La mutation évolutive parle du fait de changer de forme vers l’évolution, de délaisser les formes involutives pour favoriser les formes évolutives.


Les formes involutives, c’est tout ce qui nous maintient dans la dualité, dans pulsion de mort versus pulsion de survie, polarisé en ondes électromagnétiques. Tout ça c’est de l’involution, et c’est très, très vaste. Le discernement vibratoire va nous permettre de discerner au-delà du superficiel, de voir si c’est la peur qui mène la danse. Car c’est toujours la peur qui polarise.


L’évolution, reliée à la pulsion de vie, elle sort de cette manière de fonctionner, de ce binaire, de cette prison, elle passe sur la spirale qui peut à la fois s’ouvrir en expansion, et se centrer et rentrer à l’intérieur dans le trou noir pour plonger se relier à l’Un. Alors que le tic-tac, lui il reste dans l’espace-temps ordinaire, même s’il va singer des états expansés, améliorés de conscience, en fait il demeure dans le binaire où il n’y a pas de métamorphose, de changement profond.


De nombreuses études scientifiques ont été faites et on a distingué plusieurs fréquences électromagnétiques du cerveau, associées à différents états de conscience, de la veille à la méditation profonde.


Ceci est un fait mais il est regrettable que les chercheurs se soient limités à ces études-là et n’aillent pas explorer les liens entre les ondes scalaires spiralées et le cerveau, notamment les connexions neuronales en spirale et les astrocytes. Le cerveau ne répond pas seulement à l’électromagnétisme mais aussi aux ondes scalaires. De même que nos brins d’ADN en spirale.


Découvrons ces liens, ces connexions entre ondes scalaires et notre organisme, et aussi ces espaces, ces moments où nous sentons que nous fonctionnons en syntonisation, en communion, en gagnant-gagnant, en enrichissement mutuel, hors de toute peur.


Depuis notre positionnement et nos choix, nous n’avons pas tous accès aux mêmes champs de possibles et aux mêmes champs de réalité.


Ça dépend sur quelle trame on se branche, sur le champ électromagnétique ou sur le champ scalaire.


Pour passer de l’électromagnétisme au scalaire, les ondes empruntent un chemin précis. Deux ondes sinusoïdales, électromagnétiques, de même fréquence et de même amplitude, et de phase opposée, se neutralisent et s’annulent en tant qu’ondes électromagnétiques, et leur énergie change de terrain de jeu et de forme : elle devient une onde scalaire longitudinale, une onde spiralée avec des propriétés complètement différentes (vous pouvez vous référer à mon article sur le champ scalaire pour approfondir).


Le champ quantique est basé sur l’électromagnétisme.


Quand on parle de point-zéro, on opère la même chose : on confronte deux espaces polarisés en nous, on les met face à face, et ainsi leurs charges s’annulent, et l’énergie dégagée nous est disponible pour la synthèse. On peut basculer dans le champ scalaire par la neutralisation des contraires, la dissolution des charges et la récupération de l’énergie pour basculer sur la spirale.


En conscience, on identifie en nous pulsion de mort et pulsion de survie, on les sublime dans la pulsion de vie, on rassemble l’énergie libérée puis on l’utilise pour l’évolution du vivant.


Ça peut s’appliquer pour activer les nouveaux potentiels, le passage du 8∞ au 9. À chaque fois qu’on arrive à trouver un couple de contraires, qu’on le voit, qu’on le conscientise en nous, et qu’on le dépasse et le neutralise par la vision de la pulsion de vie.


Ça nécessite d’être très vigilant sur l’ego, et dans la transparence vis-à-vis de soi. Et donc le terrain de jeu, c’est l’ego spirituel, il va enfin être utile, celui-là ! il va raconter plein de choses, mais en fait pour des buts qui ne sont pas ceux avoués, mais des buts de reconnaissance, de recherche de pouvoir, de se conformer à une mode, d’échapper à la vie pas marrante du quotidien, tout ça c’est les mauvaises raisons de l’ego spirituel, et on va aller les chercher et pour chacun de ces endroits-là, on va trouver l’opposé, on va les mettre en face et on neutralise. Dès qu’on va déceler que l’ego est actif, on va aller chercher la raison réelle, vibrée, au-delà de ce qui est dit et prétendu au premier abord en surface. De là on va trouver le contraire, et on va switcher avec les deux, la « bonne » et la « mauvaise » raison, on va prendre les deux et on va les mettre en phase opposée, même amplitude, même fréquence et « claque », on dissout les charges, on récupère l’énergie et on bascule en offrande scalaire, en don intégral.


La suite à venir bientôt !








コメント


Catégories
Posts Récents
Archives
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
bottom of page