top of page

MULTIDIMENSIONNALITÉ





Avez-vous vécu intérieurement, ces derniers temps, ces impressions de vivre simultanément plusieurs niveaux de réalité ?


D’être à la fois complètement pris dans une histoire, un scénario, un ressenti, des symptômes, et en même temps complètement détaché de cela ?


Ou bien… d’être confronté à une puissante impression d’étrangeté dans une situation, vous demandant soudain : « qu’est-ce que je fais là ? » Cela peut se produire dans une situation extérieure : impression soudaine de déjà-vu, ou au contraire de tomber d’un coup dans une scène sans se rappeler comment on y est arrivé, par exemple. Ou dans une situation psychique : conscience révélant soudain que ce qui passe, défile sur l’écran intérieur n’a rien à voir avec vous, votre vie, votre personnage, que c’est comme si vous y receviez des infos étrangères à votre expérience… Que cela soit intérieur ou extérieur est le même phénomène.


Ou bien… à l’intérieur, de vivre un dialogue entre des parties très différentes, dans lesquelles vous vous reconnaissez pourtant comme identifié : chacune des parties a un avis très précis sur un sujet, qui diffère d’une autre partie ; toutes ont leur motif, leur raisonnement, leurs enjeux, et souvent cela grince entre elles, créant un rapport de forces, un conflit interne. À l’extérieur, cela peut se dévoiler comme vivre une situation depuis plusieurs points de vue simultanément. Points de vue pas nécessairement contradictoires, mais issus de paradigmes différents, de visions du monde et de la réalité différentes.


Toutes ces expériences révèlent un fort mouvement interne cherchant à élargir les potentiels de la conscience et à accorder les différentes parts.


Lorsqu’on s’ouvre à la multidimensionnalité, on n’est pas en train de basculer dans la folie dissociative ou la schizophrénie. Si l’on ne s’angoisse pas outre mesure de l’étrangeté des phénomènes, on découvre la richesse des potentiels qui s’ouvrent enfin à nous.


Jusqu’à présent, le mental rationnel avait pour fonction de nous maintenir dans une vision linéaire de l’expérience, encadrée par les deux dimensions de l’espace et du temps. Avec l’élévation globale des fréquences et l’évolution de nos structures, nous sommes appelés à expérimenter et intégrer de nouveaux modes de perception de la conscience, et notamment qu’elle soit positionnée dans différentes gammes simultanément.


C’est une opportunité fantastique, car cela nous permet de ne pas nous identifier au fur et à mesure au sous-personnage qui tient le devant de la scène à un moment donné. Nous sortons de l’expérience subie, pour accéder à l’expérience œuvrée.


Des ressources s’intègrent en nous pour nous soutenir, sur lesquels nous pouvons nous aligner et nous appuyer au fur et à mesure de nos processus, de nos épreuves et des défis de la vie. Par exemple, l’observateur impartial (associé à l’équanimité), qui va nous permettre de trouver la juste distance et de garder une vision d’ensemble, une perspective élargie. Tout le travail que je propose avec les fréquences consiste en cela, nous permettre d’explorer, puis intégrer ces fréquences ressources qui viennent structurer et enrichir les interfaces que nous sommes afin de nous faciliter l’évolution et l’engagement dans l’œuvre d’être humain divin.


Dans nos rapports aux autres, cette vision de la multidimensionnalité nous permet aussi de comprendre les différents états successifs dans lesquels nous voyons ceux avec qui nous sommes en relation, qui offrent tour à tour des visages ouverts ou fermés, éclairés ou sombres, attentionnés ou égoïstes, etc. Tant que nous ne sommes pas unifiés, nous présentons la somme de multiples états différents, et selon les moments et les situations une facette vient à l’avant-plan.

Nous n’avons pas à nous inquiéter ni souffrir de cette apparente incohérence, ni à douter de la sincérité de la personne qui va nous présenter tour à tour différents aspects parfois contradictoires : c’est seulement qu’elle exprime ce qui est actif dans son présent, la plupart du temps inconsciemment de sa globalité.


Je souhaite revenir aussi sur cette compréhension que nous sommes essentiellement des antennes, des récepteurs-émetteurs d’énergie-information.


À un niveau d’expérience, nous sommes incorporés dans des systèmes programmés par des croyances et des conditionnement collectifs et sociaux (l’astral et ses égrégores) et limités par la perception sensorielle, la densité corporelle et l’espace-temps. Dans ce niveau la plupart de notre existence est régie par des mécanismes inconscients et réactionnels, nous sommes le jouet de la chaîne des causes et conséquences, ballottés entre les polarités d’un système binaire et les rapports de forces sur lesquelles nous n’avons pas de prise. Et dont nous n’avons même pas conscience.


Le jeu se déroule dans plusieurs dimensions. Notre interface est multifacettes, à d’innombrables niveaux. Par exemple, lorsque nous sommes dans un nœud émotionnel, nous sommes pris dans plusieurs sentiments qui s’enchevêtrent, se contrarient ou s’amplifient, jusqu’à créer des symptômes réactifs d’angoisse, de colère, de tristesse ou de confusion. Ou bien au niveau mental, nous sommes conditionnés dans des programmes de croyances dont certains sont cohérents entre eux, et d’autres se contredisent ce qui crée des tensions internes, des zones de rapports de forces ou de failles psychiques. On peut aussi prendre conscience de nos sous-personnages intérieurs, répondant à des rôles sociaux, ou à des archétypes, sous-personnages qui tour à tour, selon les situations, vont se présenter sur le devant de la scène de manière automatique tant que nous ne les avons pas clairement identifiés, reconnus et mis en lumière.


Lorsque nous avons pris conscience de ces jeux à l’intérieur d’un même espace (l’espace émotionnel, l’espace mental, l’espace des archétypes, l’espace des rôles sociaux, par exemple), et que nous nous connaissons intérieurement, nous ne subissons plus autant ce qui se passe. Nous avons accès à la vision globale, à la possibilité de relativiser, de ne pas réagir immédiatement et conformément au « programme par défaut » qui était joué par l’inconscient. Ainsi nous élargissons notre souveraineté et notre responsabilité.


Il y a aussi un aspect transversal à prendre en compte dans la multidimensionnalité. Les différents espaces interagissent entre eux car nous sommes un Tout, et pas seulement une somme de parties isolées et indépendantes. Cela est très utile à mettre en œuvre. Par exemple, s’il y a un processus émotionnel fort qui se déroule, avec de la tristesse, nous pourrons appeler en nous la fonction de consolation, qui pourra être représentée par l’archétype du « bon parent », de la « mère », puis ouvrir l’espace du Cœur qui pourra ramener à la paix…


Mais il existe plein d’autres niveaux auxquels nous pouvons avoir accès, qui sont disponibles pour nous maintenant.


Quand l’Appel intérieur retentit, quand le feu du Cœur se déclenche et devient brasier, foyer, moteur et vecteur, nous recevons d’autres énergies-informations, d’autres capacités, peu à peu les voiles se dissipent et nous nous révélons à nous-même comme Êtres bien plus puissants, vastes, reliés et aimants que ce que la vie étriquée nous avait permis d’appréhender jusqu’alors.


Nous retrouvons des mémoires d’autres vies, d’autres lieux, d’autres espaces-temps parallèles, dans le passé, dans le futur, des reconnaissances galactiques, des résonances fortes avec des règnes avec lesquels nous pouvons communier et échanger de l’énergie-information. Cette vision élargie nous réintègre dans l’Un, dans le flux du vivant, et nous ouvre à récolter de nouveaux pans d’informations utiles à notre évolution.


La qualité de nos vies, la saveur, la joie, l’enthousiasme pour l’expérience se déploient et nos perceptions et facultés de communication et de reliance se décuplent, tout ceci développant l’ouverture de la conscience élargie, ne se limitant plus à la survie et au conditionnement mais dans le flux de la vie et de l’évolution.


Apprendre à naviguer dans la multidimensionnalité aide à constituer les fondations solitudes de la nouvelle structure, pour favoriser la cohérence, la clarté, la compréhension juste et saine de ce qui se vit, sans s’illusionner, se fourvoyer ni s’inquiéter des va-et-vient de la conscience, des hauts et des bas, de l’alternance d’états complètement ouverts et reliés et d’états fermés et souffrants.


Quand nous reconnaissons cette expérience de conscience localisée simultanément dans plusieurs endroits et que nous apprenons à l’utiliser, à nous y positionner, à nous y retrouver : nous nous sentons en sécurité à l’intérieur, nous apprenons à nous appuyer sur nos ressources, sur nos hautes parts, sur ce que nous avons intégré de juste. Même quand ça brasse, nous savons que c’est passager, nous ne sommes plus strictement identifiés à ce qui se passe dans l’instant, la perspective est élargie et les points de vue sont multiples et nuancés. Il n’y a pas de dépression même quand on est dans les ombres, nous savons que cela fait partie de l’œuvre, que c’est nécessaire pour intégrer l’ensemble des forces qui nous constituent, que cela participe à élaborer l’intégralité, à nous permettre de transformer ce qui était un problème en solution, un handicap en ressource, une épreuve en expérience traversée…


Les cercles dans lesquels je vous propose de nous retrouver sont des espaces où nous expérimentons cela concrètement, grâce aux différentes gammes de fréquences explorées chaque jour qui nous permettent de vivre directement ces différents niveaux, d’échanger, de partager et de comprendre ensemble. Les participants aux rencontres repartent ensuite avec cet atout-là pour poursuivre leur expérience, et cela facilite lors des passages délicats que nous sommes amenés à traverser au cours d’une vie, et particulièrement dans ces temps où les forces involutives sont offensives.


La multidimensionnalité est aussi un espace formidable d’acceptation de nos différentes facettes, simultanément dans la grandeur et dans l’humilité, dans le divin et dans l’humain, dans la joie et la stimulation de la découverte permanente du nouveau qui se déroule.


Cultivons cet élargissement, cet épanouissement, cet enrichissement de notre vie intérieure, car cette profondeur que nous nous accordons façonne la beauté de nos Cœurs et la reliance avec nos frères et sœurs de tous règnes.









Comments


Catégories
Posts Récents
Archives
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
bottom of page