top of page

FAVORISER LA RÉGÉNÉRATION CELLULAIRE



(Régénération partie 4)


La régénération consiste à vivre l’œuvre au rouge, la métamorphose de notre vivant, le renouvellement des formes, la renaissance du Phénix.


J’ai déjà écrit plusieurs articles sur ce sujet au cœur de mon processus. Aujourd’hui j’aborde l’aspect corporel de la régénération afin de favoriser la compréhension.


La régénération cellulaire s’opère à plusieurs niveaux dans les corps. Dans cette présentation je souhaite attirer votre attention sur plusieurs aspects : respiration ; renouvellement ; rajeunissement ; évolution par le déploiement du génome.


Lors de la RESPIRATION CELLULAIRE, les mitochondries dégradent le glucose par une série de réactions chimiques d’oxydo-réduction qui amènent à la cellule l’énergie nécessaire à son bon fonctionnement. La régénération est ici liée à la bonne santé des mitochondries, qu’elles ne soient pas trop affectées par le stress oxydatif et que l’oxygène parvienne en quantité suffisante et bonne qualité par la circulation sanguine. La qualité de notre respiration globale et de notre oxygénation est fondamentale pour soutenir la qualité de la respiration au niveau cellulaire, en fractal. Respirer en reliance consciente avec nos cellules est un soutien puissant au vivant. Plus nous demeurons dans la paix du Cœur et la tranquillité, plus nous éloignons le stress de notre champ d’expériences et moins les mitochondries souffrent de stress oxydatif.


La bonne respiration cellulaire favorise l’homéostasie, l’équilibre optimal en santé, ainsi que l’immunité.


En apprenant à diriger le souffle bien au-delà des poumons, dans l’étirement de notre colonne vertébrale du coccyx jusqu’au crâne, dans les « espaces entre », dans les voies de circulation subtiles, nous redressons notre posture, nous rectifions notre alignement, nous nettoyons des zones qui étaient polluées, nous ouvrons des domaines qui étaient clos, nous mettons en lumière des zones d’ombre, et cette œuvre nous transforme profondément.


Le RENOUVELLEMENT CELLULAIRE permet que l’organisme global soit maintenu en vie alors que les plus petites parties qui le composent se dégradent et meurent (apoptose). Les cellules ont une durée de vie limitée et se reproduisent pour soutenir l’intégralité du corps. Dans un corps humain (comme dans tout organisme eucaryote, dans lesquels les cellules ont des noyaux), la majorité du renouvellement cellulaire se fait par la mitose, c’est-à-dire le dédoublement. Dans une cellule-mère, l’ADN nucléaire se duplique, puis un processus s’enclenche au terme duquel la première cellule-mère se divise en deux cellules-filles identiques. Il est admis que le corps renouvelle entièrement ses populations de cellules à des rythmes rapides, dépendant de l’organe concerné.


Le renouvellement cellulaire peut aussi se produire à partir de cellules-souches, des cellules indifférenciées qui ne vont pas se dédoubler à l’identique mais se spécialiser selon les besoins de l’organisme en tel type de cellules à un moment donné. Les cellules-souches ont la capacité d’activer certaines caractéristiques du génome latentes. Les cellules-souches répondent à une demande globale du corps, à un besoin exprimé pour s’adapter ou pour compenser ou pour déployer.


Le RAJEUNISSEMENT CELLULAIRE est lié à la vitalité de notre organisme. Quand nous décidons de supprimer les poisons de notre alimentation, qu’elle soit physique, émotionnelle ou mentale, nous délestons notre structure de ce qui est délétère pour elle. Il faut comprendre que le vieillissement corporel est largement dû aux sabotages que nous nous infligeons, au laisser-aller et à nos croyances sur l’usure du temps. Quand nous retrouvons le point d’Origine, notre signature vibratoire originelle, et que nous nous consacrons à l’honorer, la vitalité nous est offerte pour exprimer notre forme réelle sur ce plan. La forme d’Origine est antérieure aux atavismes, aux traumatismes, aux histoires, aux conditionnements, aux souffrances, aux appétits, aux dépendances, aux compromissions. Elle nous est tout le temps disponible, pour peu que nous nous y relions correctement. Elle correspond à nos caractéristiques essentielles, la première forme qui nous est attribuée. La possibilité effective de rajeunir le corps physique demande un fort engagement interne, à tous niveaux et notamment renoncer aux poisons, pour retrouver le diamant sous la gangue et lui permettre de déployer ses innombrables facettes.


Le corps est intelligent. La régénération physique est facilitée par le soin que l’on va prendre à lui fournir les meilleures conditions et expériences.


La dynamisation du fascia, par exemple, va permettre aux cellules fibroblastes de générer un environnement adapté pour retendre, tisser de nouveaux liens et lubrifier les interstices. Cela est un effet régénérant pour le corps non plus au niveau strictement cellulaire mais d’un espace plus vaste, de l’environnement propice à la bonne santé cellulaire.


La régénération cellulaire présente aussi L’ASPECT ÉVOLUTIF, la possibilité de déploiement du génome. Il ne s’agit pas ici de mutation génétique mais d’activation des potentiels endormis dans le génome, notamment des potentiels de communication. Les séquences à 4 signes qui composent nos génomes sont codées comme un langage, apte à communiquer avec une programmation, un commandement, une adaptation. Notre génome nucléaire est doué du pouvoir d’expression et interagit de manière intelligente avec les consciences qui comprennent et parlent son langage. De quelles consciences s’agit-il ? Pas de la conscience neuronale, qui fonctionne de manière trop restreinte et binaire. Les génomes communiquent avec les consciences fonctionnant en réseau et en instantanéité comme les astrocytes du cerveau pour prendre l’exemple d’un support biologique, mais aussi avec les consciences non locales, non physiques, qui gèrent les grandes trames matricielles du vivant (que l’on peut appeler Elohim). Le déploiement du génome se produit non pas depuis la volonté personnelle, le « je veux », mais depuis notre positionnement en tant qu’antenne scalaire et notre dévouement à cette œuvre, à l’écoute des justes rythmes.


L’œuvre de régénération se situe dans les trois foyers : dans le 1er foyer avec la puissance des turbines mitochondriales et du mouvement vital ; dans le 2e foyer avec la présence au souffle, au son/silence et au rythme ; dans le 3e foyer avec la communication scalaire interne consciente.


Cet automne hiver j'œuvre en coopération avec Roanne Scholtes dans une série de vidéos sur la vitalisation du corps et l'activation de nos potentiels. Je vous invite à les découvrir ici :
















コメント


Catégories
Posts Récents
Archives
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
bottom of page