top of page

Chroniques d’Alcantara – Pléiades – 7 – L’Amour énergie vitale





Bonjour à vous, j’espère que vous allez bien ? Je suis heureuse de vous retrouver pour une nouvelle chronique.


Aujourd’hui, je souhaite vous parler du trésor qu’est votre corps émotionnel, et de l’importance ultime d’en prendre grand soin.


Le corps émotionnel est une des enveloppes de votre structure énergétique, il traite les sensations en lien avec le corps physique par le biais des hormones, et les sentiments en lien avec le corps mental. Le corps émotionnel des animaux et humains terrestres est une interface rare, qu’on ne trouve pas systématiquement dans les expériences de vie intelligente. Il permet une expérience riche et nuancée, le développement d’une grande sensibilité et en conséquence d’une créativité puissante et belle.


C’est un trésor aussi car c’est à travers lui que s’exprime l’Amour en vous, l’énergie vitale qui trame toute la Création. Un trésor nécessite qu’il en soit pris soin : qu’on le respecte, qu’on l’honore, qu’on le protège de ce qui pourrait le blesser, le souiller, le détruire. Il est dans son état originel sur la fréquence de l’Innocence. Certains d’entre vous l’associent avec ce qu’ils appellent leur « enfant intérieur ».


Pourquoi faudrait-il le protéger ? Car lorsqu’il est attaqué, il déclenche une avalanche d’hormones de stress qui affectent le corps physique (adrénaline, cortisol…) et il court le risque de se faire posséder par ce qu’on peut nommer une « entité de souffrance ».


Une entité de souffrance n’est pas inhérente à la structure humaine, ce que pourrait laisser croire l’expression parfois employée de « corps de souffrance ». Elle est située dans le plan astral (assimilé à l’inconscient collectif) et entre dans l’humain par le corps émotionnel.


Quand l’être humain bascule et se fait posséder par une entité de souffrance, il ne laisse plus circuler l’Amour en lui, s’affaisse vibratoirement et s’enferme dans un cercle vicieux de tourments qui le détournent de ce qui l’anime véritablement, de la réalisation de ses potentiels. Il n’a alors plus accès à ses hautes parts et à sa vitalité et entre dans le processus de dégénérescence.


Lorsque le corps émotionnel se fait envahir par l’entité de souffrance, cela crée une coupure interne : une coupure vibratoire, une coupure informationnelle, une coupure avec le réel ; et cela crée un enfermement (enfer me ment) dans une prison de croyances et dans des douleurs émotionnelles qui peuvent aller jusqu’à créer des douleurs physiques voire des maladies.


Quand vous êtes occupé par cette entité de souffrance (entendez ici le mot « occupé » de la même manière que vous entendez la période historique dite de l’Occupation en France pendant la seconde guerre mondiale : c’est-à-dire envahi par un ennemi), vous êtes en train de passer à côté de votre potentiel. L’expérience d’être possédé par une entité de souffrance n’a aucune valeur évolutive : c’est juste un piège jeté sur vous par les forces qui entravent votre évolution car elles souhaitent continuer de vous dominer et vous exploiter.


Il vous sera utile de faire la distinction entre douleur et souffrance. La douleur est un signal offert par le corps pour attirer l’attention sur une situation de déséquilibre, de tension, un signal qui demande que vous preniez soin, et si vous ne l’écoutez pas, votre situation peut se dégrader. La souffrance est une bascule dans une sphère de réalité qui n’est pas la vôtre originelle, mais qui est scénarisée sur le plan astral.


Comme elle est située sur le plan astral, plus vous lui accordez d’attention, plus vous la nourrissez et plus elle va prendre votre place dans votre vie, se substituant à votre identité. C’est une des raisons pour lesquelles analyser la souffrance et ses causes ne permet pas souvent la guérison, car cela entretient l’importance et la croyance en la réalité de ce qui n’est en définitive qu’une illusion. Tout ce que vous appelez « mes problèmes », « mes blessures » et que vous affichez parfois comme des médailles, espérant en tirer des bénéfices secondaires compensatoires.


Qu’est-ce qui attaque le corps émotionnel et peut laisser entrer une entité de souffrance ? La plupart du temps, dans votre expérience terrestre, ce sont les conflits relationnels qui génèrent ces troubles. Voici quelques pistes pour vous positionner correctement et ne pas offrir de prise à ce type de piège.


Ne jouez pas aux jeux de la prédation, ni côté proie ni côté prédateur, et ne vous laissez pas entraîner dans les scénarios éculés du triangle piège victime-bourreau-sauveur.


Choisissez vos relations, choisissez d’être avec ceux qui vous aiment, vous estiment, vous correspondent, avec qui vous partagez des moments sains, harmonieux, inspirants, stimulants et épanouissants.


Repérez en vous les failles, les endroits par où l’entité de souffrance entre parfois, afin de vous positionner dans les moments délicats. Vous positionner ne signifie pas vous blinder, refuser l’expérience et refouler les sentiments et sensations : il s’agit d’apprendre et vivre l’expérience alchimique de transmutation, de sublimation, pour que ce qui faisait mal ne vous brûle plus mais serve de carburant pour l’Amour.


Rappelez-vous, chères semences d’Étoiles, chaque être est porteur d’une signature vibratoire unique. Si vous permettez que votre expérience humaine soit celle de la souffrance, vous associez votre fréquence à cette réalité. Or vous êtes venus vivre, témoigner et proposer que l’expérience humaine d’Amour est possible, simple et réalisable. C’est votre boussole de base : suis-je en Présence, Conscience, Puissance, en communion d’Amour ; ou bien suis-je engluée dans les histoires de souffrance et d’ego blessé ? Suis-je en train d’honorer l’œuvre qui m’anime en relation et coopération avec des semblables qui jouent au même jeu que moi, ou suis-je en train de me fourvoyer à rejouer des schémas relationnels hérités, inconscients et dégradants ?


Ne laissez personne planter des banderilles dans votre Cœur pour vous rabaisser ou prendre de l’emprise sur vous. Sachez partir quand il est temps, sans rancœur ni regret, en transmutant les sentiments d’échec en apprentissages et tremplins pour votre propre mouvement d’émancipation et d’expansion. Sachez vous associer et coopérer avec celles et ceux qui partagent les mêmes aspirations, les mêmes visions, les mêmes rythmes. Et acceptez complètement l’expérience de ceux qui ont d’autres aspirations, d’autres visions, d’autres rythmes. Reconnaissez quand vous avez fini une tranche de vie, que cela ne résonne plus, ne vous forcez pas par peur du changement, par esprit grégaire. Certaines expériences sont adaptées à certains moments, puis ne correspondent plus, et vous avez alors le droit et le devoir d’en sortir pour continuer d’honorer ce qui vous fait vibrer.


Cultivez votre autonomie tout autant matérielle qu’affective. L’autonomie est en lien avec l’interdépendance, vous n’y êtes pas coupés d’autrui (dans l’indépendance) ni en besoin d’autrui (dépendance). Apprenez à combler vos propres besoins et à assumer votre part d’œuvre, à ne pas demander à l’autre de se soumettre à vos désirs. Reconnaissez les êtres avec qui vous êtes en relation aux différents niveaux de leur expérience : leurs parts humaines, leurs failles, leurs ressources, leurs parts élevées, et prenez soin de ne pas les inonder de projections qui seraient des tentatives de contrôle et de bridage de leur expression.


Devenez Amour, et transformez tout en Amour. Que signifie cela ? La qualité de votre expérience émotionnelle et relationnelle ne tient qu’à vous, à chaque moment de votre vie terrestre, quelles que soient les épreuves traversées.


Vous avez tout à réinventer dans ce monde qui s’était inversé et qui s’effondre. Tout, et notamment la qualité de vos relations, sur quoi elles se fondent et pourquoi. Dans l’ancien monde elles se fondaient sur la reproduction des drames, la soumission aux archétypes et la loyauté transgénérationnelle inconsciente à endosser les vieux dossiers, ce qui perpétuait une phylogénèse.


La question ultime serait comment tout transformer en Amour, que l’existence soit l’occasion à chaque instant d’être l’Amour, l’expression de l’Amour, comme circulation de l’énergie de vie en vous, circulation optimale de l’information à travers vous et reliance harmonique aux rythmes. Cela parle du scalaire, des ondes que vous êtes avant d’être des formes. Les ondes scalaires vont véhiculer les informations de l’onde d’Amour. J’aimerais expliquer d’une manière qui sera comprise profondément, pas uniquement de manière analytique rationnelle, mais qui soit captée par ces spirales en vous pour pouvoir être appliquées dans l’expérience car c’est de cela qu’il s’agit avec l’Amour. Ce n’est pas tant d’en parler, de prétendre vouloir l’Amour pour en fait tramer la guerre en filigrane. Il s’agit là d’acter l’Amour dans chacun des aspects de la vie. Parfois c’est fluide, parfois c’est compliqué. Plus vous aurez installé la paix à demeure dans le Cœur, moins les tensions auront d’emprise longue sur vous.


Amour comme acceptation de la vie telle qu’elle est, une forme de tolérance envers les choix des autres même s’ils vous paraissent inadaptés, le fait que cela ne génère plus de frictions en vous, vous les laissez vivre leur expérience comme bon leur semble, sans vous couper, sans vous sentir en danger, sans basculer dans l’indifférence. La bénédiction, la bienveillance aident, la reconnaissance aussi. Par le fait d’avoir un regard aimant aussi sur les expériences qui ne sont pas les vôtres et ne vous correspondent pas.


Ce regard ne juge pas tout en restant lucide, notamment pour savoir ce qui vous correspond maintenant, y a-t-il une possibilité d’interaction, de relation ou est-ce juste quelque chose à côté de vous qui ne vous concerne pas ? Vous partagez le même territoire mais vous n’êtes pas en interaction directe, ou alors des interactions limitées à certains échanges comme cela se passe la plupart du temps.


Sur ce plan, les êtres vivent sur un même territoire, ils sont souvent les uns à côté des autres sans se côtoyer et parfois ils se côtoient parce qu’il y a des interactions énergétiques, des aspirations égales, des échanges, des partages d’infos, des rythmes communs. Chaque être porte une signature vibratoire unique et en même temps les êtres sont groupés dans des grandes familles de signatures dans lesquelles ils vont se reconnaître et avoir plus de facilités à œuvrer ensemble et se syntoniser, à communier, agir comme un, du fait de signatures et de rythmes proches. Ça aide énormément à la compréhension, à la coopération et à la création de formes communes, ensemble.


L’Amour est intimement lié à la vitalité, à l’expression de la vie, grâce à une alchimie harmonique qui rend possible la précipitation dans une forme, dans un monde, dans une trame d’existence. L’Amour crée la vie, génère les conditions pour que la vie existe et ensuite, sur ce plan, l’Amour entre un homme et une femme porte le germe de cette possible union qui va donner un fruit de vie, 1+1=1 ; 1+1=2 ; 1+1=3 ; cette connexion intime va pouvoir déboucher sur un fruit. La circulation de l’Amour entre et parmi les deux êtres va permettre à la magie de la vie de créer une forme nouvelle. Puis l’Amour dit maternel (ou parental) crée les conditions pour la vie avant qu’elle se manifeste et ensuite dans les premiers temps de la vie pour fournir l’environnement approprié, harmonieux, viable jusqu’à ce que la croissance de la forme soit suffisante pour qu’à son tour elle soit autonome. L’Amour a à voir aussi avec l’affection, avec l’attention, le soin apporté, la tendresse car tous ces échanges véhiculent une vibration ouverte du Cœur qui vient nourrir, soigner, prendre soin, harmoniser. Tout cela, ce sont des actes d’Amour. Ce qui n’est pas Amour, c’est ce qui veut contraindre, forcer, prendre le pouvoir-sur, attacher, contrôler. Tout cela n’est pas de l’Amour mais de la peur. Si la peur est sous-jacente, ce n’est pas de l’Amour. Physiquement, un critère important pour reconnaître l’Amour est l’état vibratoire du Cœur. S’il est en expansion, en paix, en joie, l’Amour circule librement. Dès qu’il se ferme, se voile, souffre, ressent des pointes ou des serrements, la circulation de l’Amour est entravée par quelque chose. En ce cas l’œuvre va consister à permettre que l’énergie Amour circule de nouveau de manière fluide dans la structure afin d’entretenir la vie. Les êtres humains entretiennent la vie en aimant. Leur œuvre est d’aimer.


Comprenez que souvent ce qui serre le Cœur, et entrave donc la fluidité de l’énergie vitale aussi nommée Amour, est le sentiment d’insécurité. Or c’est un paradoxe car plus vous êtes en paix et laissez l’Amour circuler, plus vous êtes en sécurité et vivez des situations fluides. C’est donc une réponse inadaptée de fermer l’espace du Cœur quand on se sent en insécurité, il est plus judicieux de favoriser la libre circulation des flux, ce qui renforce votre vitalité et connecte votre ADN aux trames évolutives, ce qui génère des expériences plus claires et de meilleure qualité de vie. Trouvez en vous le chemin pour apprendre à ouvrir l’espace d’Amour dès que vous sentez une bribe d’insécurité poindre dans votre champ, ainsi vous ne laisserez pas l’espace à une entité de souffrance de s’engouffrer.


En tant que semences d’étoiles, vous êtes venus fonder de nouvelles manières d’être humain, basées sur l’Amour et non plus sur la peur. Tout comme l’énergie Amour génère la vie physique et matérielle, elle génère des sociétés, des mondes, des réalités, et vous êtes venus réaliser cela : créer et expérimenter, dans vos corps et vos émotions, dans vos relations, depuis l’expression de l’Amour que vous êtes. C’est pourquoi le Christ dit « laissez les morts enterrer les morts. » Ne vous occupez pas de ce qui s’effondre, fondez le nouveau, consacrez-vous entièrement à cela dans les moindres gestes de vos vies, et choisissez à chaque instant l’Amour, qui génère la vie, plutôt que la peur, qui génère la survie et la mort.


L’alchimie interne des êtres humains peut être caractérisée ainsi : l’œuvre au noir est l’embrasement de tout ce qui fait obstacle à l’Amour dans la structure, l’œuvre au blanc est l’expression de l’Amour, la bénédiction, l’harmonisation, et l’œuvre au rouge est la métamorphose en Amour, la refonte de l’identité dans ce vécu ultime et transcendant qui est de se reconnaître être Amour.


Merci pour m’avoir lue.


Alcantara




1 Comment


benoit.golard
benoit.golard
Nov 23, 2022

Outre les chroniques précédentes, celle-ci est très simple et me parle particulièrement. Quel dommage ne n'avoir pu comprendre la différence entre douleur et souffrance plus tôt!

Like
Catégories
Posts Récents
Archives
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
bottom of page