top of page

Chroniques d’Alcantara – Pléiades – 3 – Nature du génome nucléaire




J’espère que vous allez bien ; je suis heureuse de continuer cet espace de partage avec vous pour nous relier et nous élever mutuellement.


Je souhaite vous apporter un nouveau point de vue sur ce que vous comprenez comme le génome ou l’ADN.


Au niveau biologique, vous le comprenez souvent comme vos sens interprètent la matière solide : comme un objet dont vous pourriez avoir une représentation finie.


Le génome n’est pas cela, il est essentiellement un mouvement, il ne peut pas être réduit à quelque chose d’arrêté : son essence est sa rotation spiralée, qui s’enroule et se déroule simultanément. Le génome nucléaire a une fonction de récolte et expression des informations, alors que le génome mitochondrial s’occupe de la gestion de l’énergie de l’organisme.


Les informations ne sont pas inscrites dans le génome : il est un décodeur, un émetteur-récepteur d’informations qui ne sont pas contenues dans un espace matériel.


Le génome est unique pour chaque être vivant, car il porte les codes de l’essence et de la singularité. Le génome est un traceur de l’identité essentielle.


Une partie de ses fonctions est d’ordre biologique : répliquer des cellules et créer des protéines spécifiques pour répondre au programme de l’organisme, mais la majeure partie des fonctions du génome est d’un autre ordre : à partir des informations reçues et des programmes qui le déterminent, il génère vos sphères de réalité, le cadre de l’expérience que vous allez vivre, les fréquences sur lesquelles vous allez résonner.


C’est un peu délicat de vous le faire comprendre, car cette autre partie n’est pas activée chez la plupart des êtres humains actuellement, qui considèrent qu’ils subissent le cours de la vie et du monde et qu’ils n’ont pas de prise là-dessus.


Pourquoi cette partie n’est-elle pas activée ? Car l’intégrité du génome des organismes vivant sur Terre a été violée et les fonctions ont été limitées, depuis fort longtemps.


Mais il est important de savoir que ce n’est pas dans le génome que ça se passe d’abord, car le génome est une conséquence d’une cause générée en amont.


Le génome a bien sûr son importance car il détient les codes de l’identité, et il est un instrument majeur en tant que mouvement de réception et d’émission des informations, d’interface entre les matrices éthériques et le corps physique.


Mais la libération de vos structures ne se passe pas en opérant sur le génome matériel. Ça ne se passe pas dans les labos.


Le génome matériel est un aboutissement de l’exécution d’un programme en amont. Ou plutôt il a un double aspect : il décode les matrices et commande à la matière ; mais selon la matrice à laquelle il est relié, il est lui-même plus ou moins déployé ou restreint.


Les verrous sont posés avant la manifestation matérielle, dans le plan astral et dans le plan éthérique.


Dans le plan astral sont posés tous les filets de captation des pensées et des émotions, afin que les êtres humains cèdent leur souveraineté psychique et oublient leurs capacités de centrer leur réception d’information à l’intérieur. Ainsi est perdue la faculté de dialoguer directement avec le génome, de commander à la manifestation matérielle qu’est le corps et d’entendre ses besoins réels.


Le plan éthérique est le plan où s’expriment les programmes, les matrices morphogénétiques. Une matrice morphogénétique donne un cadre, un moule, une norme, un treillis, un gabarit, un pattern, des lois (matrice), qui vont diriger ensuite une manifestation matérielle dans une forme donnée (morpho) selon ce que va interpréter le gène matériel (génétique).


Qui écrit le programme ? Normalement, chacun de nous, chacun de vous est en capacité d’écrire son propre programme. L’être humain est doté de ce potentiel, qu’il révèle seulement lorsqu’il accède à ses potentiels de Présence, Conscience, Puissance.


En clarifiant et rectifiant son positionnement dans l’astral, en récupérant la pleine souveraineté de sa psyché et des sources d’information auquel il se connecte, l’être récupère sa Conscience.


En se positionnant dans la Présence de l’Être essentiel, que chacun de vous intitule comme c’est le plus signifiant pour lui, la structure multidimensionnelle énergétique se déploie au-delà du simple aspect physique-psychique de la personnalité de surface, et l’accès à l’éther s’ouvre alors.


Les hautes parts de l’Être peuvent intervenir sur les matrices depuis la Puissance et réencoder, c’est-à-dire changer le programme. Cela se fait par l’intérieur, par vous-même, non pas par la part personnelle égotique qui « veut obtenir quelque chose », mais par le lâcher-prise du contrôle égotique qui permet de désactiver le programme restrictif.


La personnalité est un résultat du programme restrictif. Elle ne peut subsister telle quelle quand il y a changement de programme, quand il y a une réactualisation majeure des codes reçus et interprétés par le génome. Il y a alors une métamorphose de l’interface humaine.


C’est aussi parce que la personnalité est une conséquence et pas une cause, que ce n’est pas elle qui peut aller dans les plans du causal modifier le programme. Elle n’en a pas les prérogatives.


Dans l’astral comme dans l’éther, les êtres humains ont été diminués par rapport à leurs potentiels d’origine. Mais les potentiels ne sont pas perdus, ils ont juste été désactivés, disjonctés.


Une des fonctions de pont, d’Alcantara, est d’établir ou rétablir les jonctions, d’activer ou réactiver les dons et ressources enfouis, afin de permettre aux êtres humains de se réaliser pleinement.


Pour cela je vous donne des clés et vous indique les lieux des portes, que vous choisirez ensuite d’ouvrir et de franchir ou pas. Et pour chacun, ce qui sera vécu sera différent, car la beauté de l’humanité est sa diversité, la myriade d’expériences toutes uniques et singulières qui constitue le puzzle vivant où chacun est précieux et indispensable à l’ensemble.


Il vous appartient, à vous et vous seul, de choisir de vous révéler ou non, de vous réaliser ou non, de vous en remettre à votre part divine ou de rester sous contrôle restreint. La personnalité n’a pas le pouvoir de désactiver la matrice involutive, mais elle a la capacité et le devoir (de mon point de vue) de se positionner de manière à soutenir le processus évolutif qui demande à jaillir. Là se situe le lâcher-prise des résistances et l’acceptation profonde de faire confiance à l’Être qui sait et peut, de toute éternité, mais qui est caché tant que le programme de la personne occupe tout le devant de la scène. Je développerai la métaphore du film dans une prochaine chronique, car elle est porteuse de nombreuses clefs de compréhension.


Physiquement également, dans l’aboutissement matériel du processus de changement de matrice morphogénétique dans l’éther, le génome interprétant de nouvelles trames et lois génère de nouvelles formes matérielles et de nouveaux comportements psychiques. Le génome lui-même adapte sa structure et ses mouvements selon les matrices auxquelles il est connecté. Dans la matrice restreinte actuelle, il est pour une large part inopérant, tassé comme un sac de nœuds dans le noyau cellulaire avec seulement une portion active en surface tandis que le reste est si emmêlé qu’il ne peut rien capter ni interpréter. Alors que dans ses déploiements optimaux il danse les spirales de vie et génère des structures harmoniques en résonance directe avec les ondes scalaires et les merkabah de l’être multidimensionnel. Cela vous permet d’avoir accès à toute l’information dont vous avez besoin à un moment donné, d’être relié directement à la Connaissance appropriée à l’expérience vécue.


Merci de m’avoir lue, puissiez-vous entendre et répondre à l’appel intérieur qui n’attend que vous pour se révéler à travers vous.







Comments


Catégories
Posts Récents
Archives
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
bottom of page