top of page

Échos de l'if




Il y a quelques jours, lors d’une promenade près de chez moi avec mon amie Marion, nous avons arpenté un « nouveau chemin », jusqu’alors invisible. Les bois de Bretagne sont propices aux enchantements, aux bascules dans les plans parallèles féeriques. C’est ce qui nous est arrivé. Après nous être arrêtées près d’un ensemble de roches abritant un univers à lui seul, y avoir stationné un certain temps et senti un changement d’état en nous, nous avons gravi la pente par une sente à peine tracée et rejoint un chemin en surplomb. Tout était magnifique, les verts saturés des mousses, les odeurs suaves et merveilleuses embaumant l’air de mille senteurs, les incessants chants d’oiseaux, les lumières changeantes, le violet des tapis de jacinthes des bois parsemant les herbes tendres du printemps. Vert, violet, jaune et blanc. Au fur et à mesure que nous avancions, une euphorie nous gagnait, nous admirions les arbres aux silhouettes éloquentes, les paysages à la limite de l’étrange, nous savourions d’être ensemble en visite dans ce nouvel endroit. Au détour d’un chemin, de jeunes pousses de conifères attirèrent mon attention et ma main se saisit d’une terminaison d’aiguilles vert clair succédant au vert bien plus sombre des aiguilles de l’année précédente, et je les portais à la bouche, croquant avec délectation cette offrande de printemps. Trouvant cela délicieux, j’en cueillis à nouveau pour en proposer à mon amie, qui écarquilla les yeux : « Mais, ce ne sont pas des pousses d’if ? »


Son message d’alerte fit vaciller l’enchantement. Ma conscience ordinaire revint au premier plan et, consternée, constata l’évidence : je venais de manger des aiguilles d’une des plantes les plus toxiques de la flore française, avec un élan spontané ayant fait fi de toute vigilance. Je connais pourtant très bien toutes les plantes de ces lieux, et ne fais jamais cela d’ordinaire…


Nous étions là, dans la forêt sur un sentier inconnu, toujours perchées et néanmoins sommées de tenir compte de ce fait, que je venais d’ingérer une plante potentiellement mortelle.


J’étais dans un état paradoxal, toujours baignée d’euphorie, mais avec une vigilance de survie activée et une montagne de questions, dont d’abord celle-ci : comment cela avait-il pu être possible ? Où était passée ma conscience pendant que j’avais cueilli et croqué ces aiguilles ? Était-il possible que je me mette en danger de mort aussi facilement ? Assez rapidement, je sentis une nouvelle bascule de mon état de conscience, l’arrivée d’une Présence en moi, et une voix, que je ne connaissais pas encore, me parla en dedans.


« Ne t’inquiète pas, n’aie pas peur de moi, je suis ton alliée. Cela peut paraître étrange qu’une plante aussi toxique te protège, et pourtant c’est la vérité. Si je t’avais demandé de me manger, tu n’aurais jamais accepté, aussi cela s’est fait depuis un autre espace de décision. » C’était l’esprit de l’if, Evor, Ivin. Depuis elle est avec moi et m’enseigne. Je n’ai eu aucun symptôme physique de toxicité, mais ma conscience s’est élargie grâce à cette alliance imprévue. Depuis une partie de mon comportement a changé, notamment pour les choix que je fais au fur et à mesure de mes journées.


Je vais vous partager un message de l’esprit de l’if.


*****************


« Tu peux m’appeler Evor ou Ivin. Je suis l’arbre des commencements et des fins, l’arbre de la roue du temps ; mon bois a servi à façonner la roue de la Vie, avec laquelle le druide Mog Ruith guidait jadis le peuple celte.


Je suis le premier arbre de la forêt de ces contrées, et je serai le dernier. Je vis dans des échelles de temps différentes des autres arbres, car je contiens le temps.


Je suis l'arbre primordial : le plus ancien, originel et essentiel, transmetteur des connaissances de la vie et de la mort, et des sagesses de la nature.


J’ai le privilège d’aider les âmes dans leurs transits, les guidant au seuil de la mort afin qu’elles s’orientent dans les méandres des plans subtils et trouvent leur destination. Traditionnellement on m’a mis dans les cimetières afin que j’officie et que je veille sur les trépas. Ainsi les âmes ne s’égarent pas.


Les hommes ont souvent peur de moi, et il est vrai que le mot « toxique » est issu de mon nom latin : Taxus. En cela mon esprit peut vous aider à discerner ce qui est toxique ou bénéfique pour vous. À trouver la précision, la bonne distance, la juste mesure en toutes choses. Ne mangez pas de jeunes pousses pour vous relier à moi, bien évidemment ! Il vous suffit de savoir que je suis là et que vous pouvez me demander conseil pour discerner les aspects intoxiqués de vos vies, et comment vous positionner dans la justesse pour cesser d’intoxiquer vos relations. Soyez bien certains que vous n’êtes jamais de pures victimes en relations toxiques, vous y trouvez de nombreux bénéfices secondaires, malheureusement délétères pour votre évolution et votre qualité de vie.


En tant que plante mortelle, je viens vous confronter à l’inéluctabilité de la fin de vos corps physiques, et vous inviter à accorder un espace suffisant en vos vies pour intégrer pleinement l’Esprit : la Présence, Conscience, Puissance qui vous anime, et à vivre véritablement. Non pas survivre en demi-teinte mais être pleinement là à chaque instant, choisissant la qualité dans tout ce que vous expérimentez. La qualité de ce que vous ingérez et traitez, en termes de nourriture, de relations, d’informations, de situations, de croyances, d’œuvres et de jeux. Je vous invite à prendre la vie très au sérieux car elle est brève et précieuse pour chacun de vous.


J’interviens dans les affaires du monde seulement quand les temps le nécessitent. Vous entrez dans une période chaotique où de nombreux êtres humains ont oublié l’importance de la vie, de la nature, de l’amour, de l’harmonie et ont oublié comment se relier à l’Esprit. Ils vivent dans un jeu de rôles en toute irresponsabilité, sans se soucier des conséquences de leurs actes, paroles, sentiments et pensées. Sans reliance avec la Grande Intelligence du Vivant. Je suis là pour vous aider à vous relier à cette Grande Intelligence du Vivant et à choisir avec pertinence le moindre de vos actes, pour que vous ralliiez le grand flux de vie et retrouviez votre juste place. Vous êtes dotés de potentiels immenses, honorez-les. Prenez soin de vos incarnations, responsabilisez-vous, acceptez de devenir matures et engagez-vous à cultiver l’harmonie dans tous les secteurs de vos vies. Soyez les êtres qualitatifs, imaginatifs, connectés et aimants que vous êtes. Nous vous espérons. Tous les règnes de la nature vous espèrent. Le temps est venu. »









121 vues

Comments


Catégories
Posts Récents
Archives
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
bottom of page